Des îles volcaniques à la beauté insoupçonnée

L’île Wrangel.

L’île Wrangel.

Geophoto
Des forêts tropicales d’Extrême-Orient et Allées des Baleines à ciel ouvert aux monastères insulaires, voici une sélection des îles russes les plus pittoresques.

Itouroup

Située tout près du Japon, Itouroup est la plus grande île de l’archipel des Kouriles. Comme toutes les îles Kouriles, elle s’est formée avec l’apparition d’un volcan sous-marin : sur le cap Inkito de l’île se trouve le « pays de la lave froide », qui permet de voir à quoi ressemblait l’archipel il y a des millions d’années.

On peut voir à Itouroup neuf volcans en activité, l’une des plus grandes cascades de Russie, Ilya Mouromets (141 m), de nombreuses sources chaudes et lacs en ébullition.

L’île Wrangel

L’île, d’une superficie de 7 510 kilomètres carrés, est traversée par le 180e méridien, et est le jumeau nordique des îles Galapagos : malgré le climat difficile, et même en grande partie grâce à lui, elle est restée un oasis de nature sauvage. L’île Wrangel est le champion du monde en quantité de tanières d’ours blancs. De plus, c’est ici que s’est installée la plus grande population mondiale de morses de l’océan Pacifique, et la seule colonie de reproduction d’oies blanches en Asie.

Selon les paléontologues, l’île Wrangel était aussi le dernier bastion des mammouths laineux. Une sous-espèce naine y survécut jusqu’au XVIIIe siècle av. J.C., 6 000 ans après l’extinction des mammouths dans tous les autres coins de la planète.

L’île Ratmanov (Grande Diomède)

Point le plus oriental de la Russie, l’île Ratmanov est située au milieu du détroit de Béring, à seulement 3,7 kilomètres du territoire des États-Unis, l’île Krusenstern. On y trouve l’un des plus grands rassemblements d’oiseaux de la région, avec plus de 4 millions d’individus. En juin 1976, on y aperçut même un colibri roux, la seule espèce de colibris à avoir été relevée en Russie.

Moneron

Depuis la mer, l’île russe au nom français de Moneron rappelle les paysages de la série Lost. Elle est si petite que la parcourir à pied prend de 5 à 6 heures, même en comprenant l’ascension au point culminant de l’île, le mont Staritsky (440m). Des centaines d’oiseaux rares se sont installés en toute liberté sur les plages de rochers, les poissons locaux ne craignent pas l’homme non plus.

Mais le plus grand intérêt de Moneron est son monde sous-marin. C’est précisément la faune marine de l’île que les écologistes s’efforcent de sauver par-dessus tout : certaines espèces sous-marines n’existent nulle part ailleurs en Russie.

Yttygran

Dans le détroit de Béring, près de la baie de Providenia, se trouve la petite île montagneuse d’Yttygran. C’est ici que se trouve la célèbre Allée des Baleines, un monument unique témoignant de la culture des anciens baleiniers. Le début de sa construction est daté approximativement au XIVe siècle. Elle est constituée de deux rangées parallèles s’étendant sur 300 mètres. La rangée la plus proche de la mer est formée de crânes de baleines du Groenland.

Plus haut sur la pente s’étend la rangée des mâchoires de baleine, enterrées verticalement et s’élevant à 4 ou 5 mètres au-dessus du sol, tout en s’enfonçant dans le sol de cinquante centimètres. Le poids d’une seule de ces mâchoires est de 250 à 300 kilogrammes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer