Un magasin Kalachnikov ouvre dans un aéroport moscovite

Vendeur dans le magasin du groupe Kalachnikov à l’aéroport Sheremetyevo.

Vendeur dans le magasin du groupe Kalachnikov à l’aéroport Sheremetyevo.

Iliya Pitalev / RIA Novosti
Vous pensez rapporter de Russie une matriochka ? Dites-vous bien que vous n’êtes plus dans le coup.

Désormais vous pouvez ramener de Russie non seulement des souvenirs traditionnels comme la poupée gigogne ou la vodka, mais également une… kalachnikov. Ou plutôt une réplique de la célèbre mitraillette ou sa version à blanc. Pour acheter ce souvenir inhabituel, rendez-vous au nouveau magasin du groupe Kalachnikov ouvert à l’aéroport Sheremetyevo de Moscou.

Dès l’entrée du magasin, le regard est attiré par deux rangées de mitraillettes soigneusement accrochées au mur. « Dis, papa, ce sont des jouets ? », demande un garçon d’environ cinq ans en montrant du doigt tout cet arsenal. « Elles étaient vrafies, mais aujourd’hui elles ne le sont plus », répond le père à son enfant et se tourne vers son camarade : « Une AK-74, j’en avais une quand j’ai fait mon service militaire ».

Le groupe qui a mis au point le fusil d’assaut célèbre dans le monde entier a ouvert son magasin le 16 août dernier dans la galerie reliant le terminal des trains Aeroexpress au bâtiment de l’aéroport. La société possède également une boutique en ligne et une trentaine de rayons spécialisés dans 24 villes de Russie.

Crédit : Vitali Mikhaliouk
Crédit : Vitali Mikhaliouk
Crédit : Vitali Mikhaliouk
Crédit : Vitali Mikhaliouk
 
1/4
 

« Kalachnikov est sans doute la marque la plus citée par les gens quand ils entendent parler de la Russie et nous sommes heureux d’offrir à tout un chacun la possibilité de ramener ce souvenir légendaire », a déclaré Vladimir Dmitriev, directeur marketing de la société.

Le magasin a adopté un style à la James Bond avec un intérieur moderne et un éclairage néon. Le client peut acheter les modèles de quatre fusils : AK-74, sa version modifiée AK-74M, l’AK-103 et le pistolet mitrailleur PP-19 de la police russe. Toutes ces mitraillettes ont été fabriquées grâce au matériel qui sert à produire les armes originales. Elles ont absolument le même aspect et sont démontables comme les vraies armes. « L’odeur aussi est la même », se vante Artiom Baranovski, le vendeur du magasin. Il ajoute que la plus demandée est l’AK-74 dont est dotée l’armée russe dans tous les films et jeux vidéo.

Pas seulement des répliques

Nombreux sont ceux qui viennent au magasin rien que pour tenir dans ses mains la célèbre mitraillette et se prendre en photo avec. Beaucoup repartent avec un modèle dans leurs bagages en guise de souvenir. Il y a toute sorte de clients, et l’un d’eux, un ancien militaire, a organisé directement à l’aéroport un concours pour établir celui qui sera à démonter et remonter une AK-74. Cet exercice est pratiqué depuis longtemps dans l’armée russe.

Ceux qui ne peuvent pas se satisfaire d’une copie peuvent acheter dans le même magasin une arme à blanc. Cette arme avait servi à un militaire, mais aujourd’hui elle ne peut plus être chargée que de cartouches à blanc. « C’est une merveilleuse idée de cadeau pour qui aime entendre le bruit de la décharge », dit Artiom, très sérieux. Il sera pourtant impossible d’acheter des cartouches, même à blanc, car leur vente est interdite dans les aéroports internationaux.

Le vendeur emballe avec soin une AK-74M à blanc pour Nikolaï de Iaroslavl (à environ 300 km au nord-est de Moscou). « Je suis chasseur et j’aime beaucoup ce hobby, mais cette arme n’est pas pour moi. Je l’achète en cadeau à mes enfants et petits-enfants. Je ne veux pas leur donner mon fusil, mais je peux leur ramener ce souvenir. Pour qu’ils prennent l’habitude », a-t-il raconté.

Le prix du souvenir

Une kalachnikov vous sera vendue si vous avez 18 ans. Il est impossible de la prendre en cabine, mais on peut la transporter dans les bagages en soute. Les armes sont vendues dans des cartons spéciaux, elles portent les marques appropriées et sont accompagnées des documents nécessaires. Le personnel de l’aéroport ne doit avoir aucune question à poser.

Un étranger qui achètera une telle arme ne doit pas oublier que pour l’importer dans un autre pays, il sera indispensable de vérifier la législation nationale concernant ce type de marchandise.

En moyenne, le prix d’une kalachnikov oscille entre 275 et 420 euros. La moins chère, une réplique de l’AK-74 de couleur noire, reviendra à 170 euros. La plus chère est du même modèle, mais en finition chromée avec poignée et crosse en bois : 475 euros.

En outre, la vitrine présente des pistolets de tir sportif à air comprimé. Leur puissance ne dépasse pas 3 joules et pour l’acheter, il suffit de présenter son passeport. Le magasin propose également à ses clients des T-shirts, des stylos, des coques pour portables, des vêtements de chasse et des souvenirs traditionnels. Toute la production est frappée du symbole du groupe Kalachnikov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.