Des étudiants russes remportent le plus prestigieux concours universitaire de programmation au monde

ICPC News

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’équipe de l’Université d’État Lobatchevski de Nijni Novgorod est parvenue à s’imposer dans le cadre de l’International Collegiate Programming Contest (ICPC-2020), plus prestigieux championnat universitaire de programmation informatique au monde, apprend-on sur le site de la compétition. La finale s’est tenue à Moscou du 1er au 6 octobre.

L’épreuve ultime consistait en la résolution, en cinq heures, d’un maximum de problèmes en langage informatique С++ parmi les quinze proposés, et ce, en effectuant le moins possible de tentatives. Or, les étudiants de cet établissement russe ont été ceux à en avoir achevé le plus – 12 dans le temps imparti.

Parmi le peloton de tête, l’on retrouve ensuite, dans l’ordre, les représentants de l’Université nationale de Séoul (Corée du Sud), de l’Université d'État en technologie de l’information, mécanique et optique de Saint-Pétersbourg, de l’Institut de physique et de technologie de Moscou et de l’Université de Wrocław (Pologne), ayant tous réussi à résoudre 11 problèmes.

La Russie occupe donc une place majeure dans ce classement, dans lequel figure pourtant de redoutables concurrents, à l’instar de l’Université de Cambridge, de l’Institut de technologie du Massachusetts ou encore d’Harvard et de Stanford. D’ailleurs, les universités russes ont décroché la première place lors des neuf dernières éditions de ce championnat.

Au total, cette 44e édition a vu la participation de 59 000 programmeurs du monde entier.

Dans cet autre article, nous vous expliquions justement pourquoi les programmeurs russes sont les meilleurs au monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies