Un système de reconnaissance faciale des animaux mis au point en Russie

Pixabay

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Sber (anciennement Sberbank), principal établissement bancaire de Russie, a élaboré un système de reconnaissance des animaux, relaie l’agence de presse TASS, informée par la société.

« Sber a appris à un réseau neuronal artificiel à distinguer des animaux très semblables par certaines caractéristiques de leur face. L'intelligence artificielle permet de trouver le plus précisément possible les différences entre les individus d'une même espèce. Jusqu'à présent, la qualité de la comparaison de deux faces d'animaux de compagnie est de 94% pour les chiens et de 84% pour les chats », a indiqué l’entreprise.

Or, si ce système a dans un premier temps été intégré au programme d’assurances pour animaux de compagnie, à l’avenir, il pourra être mis à profit dans la recherche des compagnons à poils disparus.

À noter que cette technologie, basée sur l’algorithme CosFace, déjà en usage pour la reconnaissance faciale humaine et analysant les caractéristiques immuables du visage, à l’instar de la distance entre les yeux, n’est pas la première expérience de Sber en matière de reconnaissance animale. Le géant bancaire avait, il est vrai, précédemment d’ores et déjà mis au point, entre autres, un système d’identification par la truffe, tout comme le font les humains avec leurs empreintes digitales. Ce dispositif avait toutefois montré ses limites compte tenu de l’absence, chez les chats, d’une « empreinte nasale » absolument unique et de la difficulté que représentait la collecte de cette donnée.

Dans cet autre article, nous vous racontions l’incroyable domestication, par des généticiens sibériens, du renard.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies