Qu’a révélé l’extraction finale du mammouth «Tadibé» d’un lac arctique russe?

Gouvernement du District autonome de Iamalo-Nénètsie

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Du 27 au 31 juillet s’est déroulée, sur la péninsule de Yamal, dans l’Arctique russe, la deuxième expédition scientifique visant à extraire du lac Petchevalavato les ossements, en excellent état de conservation, d’un mammouth précédemment mis au jour, rapporte sur son site le gouvernement du District autonome de Iamalo-Nénètsie.

Durant les fouilles, les chercheurs sont parvenus à retrouver, sur une zone de 80m², environ 80% du squelette de l’animal, y compris son crâne, la majeure partie de sa colonne vertébrale, ses os du bassin, des parties de ses pattes, des fragments de peau et même du coprolithe (excréments fossilisés). À noter que ces restes présentent encore des échantillons en parfait état de tissus mous, ce qui permettra une étude génétique approfondie du spécimen.

« Selon les experts, le tissus osseux est très bien conservé, tous les os sont entiers et seulement deux présentent de petits dommages, causés par des prédateurs en ces temps anciens », fait état la publication. D’après les estimations, il s’agissait autrefois d’un mammouth mâle âgé d’entre 15 et 20 ans.

Les ossements ont été transférés au musée régional Chemanovski, où a d’ores et déjà débuté l’élaboration du programme d’étude de cette précieuse trouvaille.

Konstantin Tadibé et son frère lors des fouilles

À noter que les opérations ont vu la participation de spécialistes de ce musée, de l’Institut d’écologie des plantes et des animaux de la branche ouralienne de l’Académie des sciences de Russie, du Centre scientifique d’étude de l’Arctique, mais aussi de Konstantin Tadibé, jeune résidant des environs ayant effectué cette découverte, et en l’honneur duquel devrait être officiellement baptisé ce mammouth.

Dans cet autre article, nous nous intéressons à la probabilité que des mammouths vivent encore quelque part, cachés en Sibérie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies