Première scientifique: du sang liquide extrait d’un poulain mort il y a 42 000 ans

Service de presse
Des scientifiques russes ont réussi à prélever du sang liquide du corps d’un poulain préhistorique parfaitement conservé qui avait été découvert en 2018 en Iakoutie (Sibérie). Il s’agit apparemment du plus vieux sang liquide décelé à ce jour.

Une découverte paléontologique sans précédent a été faite en Russie. Des chercheurs de l'Université fédérale du Nord-Est sont parvenus à extraire du sang liquide du corps d’un cheval préhistorique conservé dans le pergélisol pendant quelque 42 000 ans et découvert l’année passée, écrit l’agence d’information TASS se référant au docteur ès sciences biologiques Semion Grigoriev.

« Une autopsie a démontré que tous les organes internes étaient bien préservés. Des échantillons de sang liquide ont été prélevés des vaisseaux cardiaques. La congélation et les conditions favorables d’enfouissement ont permis de le conserver sous forme liquide pendant 42 000 ans », cite l’agence les propos du chercheur.

>>> Cloner un cheval préhistorique, le rêve pas si irréel de scientifiques russes et coréens

D’après ce dernier, il s’agit de l’animal de l’Âge de glace le mieux conservé parmi les autres découverts à ce jour. Et de préciser que même les tissus musculaires du poulain avaient gardé leur couleur rougeâtre.

En plus, des parties de corps de l’animal, notamment la tête et les pattes, sont encore recouverts de poils, ce qui est aussi un phénomène sans précédent, explique l’interlocuteur de l’agence.

Mais les chercheurs ne veulent pas se contenter d’un simple examen de ce spécimen. Comme l’explique M.Grigoriev, conjointement avec des collègues coréens de la Sooam Biotech Research Foundation, les employés du laboratoire de paléontologie nucléaire de l’Université essaient de cultiver les cellules du poulain en question en vue de son éventuel clonage.  

Ayant vécu pendant la même période que les mammouths, le poulain préhistorique a été découvert en 2018 en Iakoutie, en Sibérie. Comme le précise TASS, il s’agit de la seule dépouille complète d’un cheval préhistorique découverte à ce jour. Néanmoins, la région où il été trouvé par 90 mètres de profondeur avait déjà fourni des cadeaux aux paléontologues : en 2009 y a été découverte la moitié du corps d’un cheval vieux de près de 4 400 ans ainsi que la dépouille d’un bison de quelque 8 200 ans.

Dans cet autre article, nous nous penchons sur l’hypothèse selon laquelle l’homo sapiens serait arrivé en Russie avant le reste de l’Europe. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies