Quand l’intelligence artificielle débarque dans les lance-roquettes russes

Vitaly V. Kuzmin
Les ingénieurs essaient par tous les moyens d’éviter aux soldats de se retrouver sous le feu ennemi et donnent ainsi aux monstres métalliques la possibilité de lire toute l’information disponible sur le champ de bataille, sans intervention humaine. Cependant, c’est toujours un homme qui appuie sur le bouton « feu ».

Les premiers éléments d'intelligence artificielle ont équipé les systèmes de lance-roquettes multiples Tornado-G, a déclaré début décembre aux médias russes le directeur général de la société NPO Splav.

« Si nous prenons les complexes de première génération, que ce soit Grad ou Smertch, ils disposent bien entendu d’un ensemble minimal d’outils d’automatisation. Il est encore difficile de déterminer le pourcentage de robotisation dans un complexe ou un système donné. Mais je peux affirmer avec certitude que les systèmes développés ces dernières années, Tornado-G et Tornado-S, ont déjà assimilé des éléments qui peuvent constituer la base d’un lance-roquettes robotisé prometteur », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Le futur, c'est maintenant: ces robots qui servent dans l'armée russe

Selon Smirnov, la machine de guerre lance-roquettes Tornado-G est équipée d’un système de visée automatique, de conduite de tir et d’équipements de préparation et de lancement.

En termes simples, ces machines effectuent indépendamment un cycle de combat complet jusqu'au lancement des roquettes - la recherche, la reconnaissance et le verrouillage d'une cible.

En même temps, une base de données de cibles - leur apparence, leurs mouvements, leur rayonnement thermique, etc. - est initialement chargée dans l'intelligence artificielle du robot (le « cerveau de la machine », ou simplement un ordinateur). La base est constamment mise à jour, complétée et étendue par des algorithmes d'autoapprentissage. Et les ingénieurs peuvent déjà ajouter des méthodes de détection supplémentaires à l’intérieur de la machine - en fonction de la température, de la luminosité dans le spectre infrarouge, etc.

Lire aussi : Ces machines de guerre que l’on peut acheter sur Internet en Russie

Cependant, au stade scientifique et technique actuel, seule une personne en chair et en os décide d'ouvrir le feu sur un objectif particulier. La machine, bien sûr, peut le faire seule, mais les généraux ne sont pas encore prêts à le permettre.

Parallèlement à cela, les ingénieurs déclarent que le « cerveau » de ces machines évolue avec le temps : il étudie l'environnement de manière indépendante et complète sa base de données avec telle ou telle information sur l'ennemi et sur l'ensemble de son environnement.

Il convient de souligner que toutes ces technologies atteindront au cours des prochaines décennies des niveaux complètement inédits. Et le jour n'est pas loin où les soldats sur le champ de bataille sur la terre, dans l'eau et dans les airs, seront remplacés par des machines.

Les premiers « canons intelligents » sont pour le moment utilisés dans les rangs des armées de Russie et des États-Unis.

Connaissez-vous vraiment les nouvelles armes russes ? Testez vos connaissances avec notre quiz.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies