Moscou-Kazan: le projet du premier TGV de conception russe dévoilé

Dans le cadre du salon « Transport de Russie », qui a ouvert ses portes aujourd’hui à Moscou et se déroulera jusqu’au 22 novembre, la compagnie des Chemins de fer russes présentera le projet du premier train à grande vitesse de conception nationale, rapporte l’agence de presse TASS informée par la compagnie Skorostniy Magistrali (Voies Rapides), filiale de RZD.

Si un concours doit encore être organisé pour en déterminer le constructeur, à terme, ce TGV devrait être exploité sur la voie à grande vitesse Moscou-Kazan, dont le lancement de la construction est prévu pour 2019. D’une longueur de 790 kilomètres, le trajet entre les capitales russe et tatare s’effectuera ainsi en 3h30, contre 12h30 actuellement.

Composés de 12 wagons à traction distribuée (6 wagons motorisés, 6 non motorisés) ces trains sont destinés au transport de passagers à une vitesse pouvant atteindre 400 km/h, contre 250 pour le modèle actuellement le plus rapide du pays, le Sapsan.

Lire aussi : La SNCF et les Chemins de fer de Russie adoptent une feuille de route

Ce TGV sera par ailleurs conçu pour supporter des températures allant de -50° à 40° et sera divisé en quatre classes : un wagon de première classe, un wagon business, quatre de classe économique et cinq de classe touristique (ainsi qu’une voiture-restaurant). Zones de jeu pour enfants, WIFI, système multimédia, espaces pour les animaux : les voyageurs bénéficieront à son bord d’un confort véritablement optimisé.

Le premier tronçon du Moscou-Kazan, qui atteindra Nijni Novgorod (402 kilomètres à l’est de Moscou), devrait être achevé avant 2024 pour un coût de 620 milliards de roubles (8,26 milliards d’euros), tandis que le volume total des investissements pour ce chantier est estimé à 1 700 milliards de roubles (22,64 milliards d’euros).

Nous vous dévoilions hier, dans cet autre article, le design très cosy des futurs wagons-couchettes de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies