Des signes d’une catastrophe écologique globale repérés en Russie

Jacques Descloitres, MODIS Land Rapid Response Team, NASA/GSFC

Une équipe internationale de scientifiques a constaté des indices d’instabilité de la calotte de Vavilov, en Terre du Nord. Au cours de ces dernières années, sa mobilité a brusquement augmenté : si au milieu du siècle passé elle n’était que de quelques centimètres par jour, en 2015 elle atteignait déjà 25 mètres par jour, lit-on dans le journal Earth and Planetary Science Letters.

Ces nouvelles données montrent que contrairement à ce que pensaient auparavant les scientifiques, les calottes glaciaires réputées stables sont vulnérables face aux changements climatiques. Or, leur fonte pourrait provoquer une élévation du niveau des mers d’une trentaine de centimètres.

Selon les évaluations des spécialistes au cours des années 2015-2016, cette calotte a perdu 4,5 km3 de glace, contre 1,2 km3 au cours des trente années précédentes.

En Russie, l’un des lieux symboliques de la problématique environnementale est Norilsk, l’une des villes les plus polluées au monde. Russia Beyond vous en dresse le portrait dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies