Les oiseaux de proie du Kremlin peuvent-ils intercepter les drones?

Iliya Pitalev/Sputnik
Il semblerait que non, mais ils n'ont pas dit leur dernier mot pour autant.

Saviez-vous qu’outre d’innombrables employés, des autours des palombes et un hibou grand-duc étaient au service du Kremlin ? Bien que ces rapaces soient là avant tout pour réguler la population locale de corbeaux, un journaliste a récemment demandé aux autorités s’ils étaient également en mesure d’intercepter différents types de drones.

« En Europe, des oiseaux sont déjà utilisés à cette fin », a expliqué une source au sein des forces de l’ordre. « Mais il est nécessaire de comprendre que la femelle d'autour pèse entre 1,2 et 1,4 kg. Ce n’est pas assez lourd pour intercepter des drones, même de petite taille. En théorie c’est possible, mais cette tâche n’est pas prioritaire pour le moment », a-t-il expliqué, avant d’ajouter que ce sont les faucons et non les autours qui convenaient le mieux pour cette mission.

Pour en savoir plus sur les rapaces au service du Kremlin, suivez le lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies