Comment l’épopée des sous-marins nucléaires russes a commencé

Sevmash
Il y a un demi-siècle, les fabricants d'armes soviétiques ont créé le tout premier monstre nucléaire en eaux profondes du pays. Il est devenu la pierre angulaire de la politique de dissuasion nucléaire russe.

En novembre 1967, les constructeurs soviétiques ont mis à l’eau le premier sous-marin nucléaire du pays K-137 Leninets du projet 667A doté de missiles balistiques intercontinentaux (MBIC). La nouvelle machine sous-marine a été nommée d'après le grand chef de la révolution d'octobre Vladimir Lénine, et a ouvert la première page de l'histoire des sous-marins atomiques à venir de l'Union soviétique.

« L’Union soviétique avait déjà deux sous-marins du projet 658 dotés de missiles nucléaires, mais le Leninets était le premier armé jusqu’aux dents avec des missiles atomiques capables de voler sur 10 000 km jusqu’à ses cibles », a déclaré à Russia Beyond Viktor Litovkine, analyste militaire de l’agence de presse TASS.

Si les modèles précédents pouvaient porter jusqu'à trois missiles à portée moyenne, le K-137 a reçu 16 MBIC et est devenu la pierre angulaire de la politique de dissuasion nucléaire du pays. Littéralement, chacun de ces monstres de profondeur était cinq fois plus efficace et cinq fois plus dangereux en cas de conflit potentiel.

Lire aussi : Comment les marins américains ont rencontré «Ivan le Fou» sous les océans

« Une autre caractéristique intéressante de ces navires a été le premier système soviétique de gestion automatique de l'information ou fondamentalement - les tout premiers ordinateurs. Ils ont permis de naviguer et de coordonner ces MBIC, et pas seulement d'envoyer des missiles dans une direction inconnue en errant près de l’endroit où ils frapperaient », a mentionné l'expert.

Ces sous-marins pouvaient plonger une fois et demi plus profond que tous les modèles précédents avant eux – ils ont même établi un record du monde en descendant 400 mètres au-dessous de la surface de l'eau.

Comme Litovkine l'a noté, la conception de l’appareil mettait l’accent sur les questions liées au confort. « Ces sous-marins avaient plus d'espace habitable et des couloirs plus larges. Les soldats et leurs commandants avaient même une salle de gym dans ce sous-marin. Et si vous devez passer les six prochains mois sous l'eau entre +quatre murs+, le confort physique et mental devient un problème crucial », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Ces sous-marins russes géants qui parcourent les océans

Pendant la guerre froide, la création des systèmes de dissuasion nucléaire est devenue un des objectifs principaux des différents pays. Ainsi, les fabricants ont reçu d’importantes commandes pour ces machines. Au total, la flotte soviétique a obtenu 34 sous-marins nucléaires du projet 667A K-137 chargés de 16 MBIC chacun. Ils ont été stationnés dans les flottes du Nord et du Pacifique du pays et même aujourd'hui, deux des dernières versions du K-137 servent dans l'armée russe moderne en attendant d'être remplacés par des sous-marins de dernière génération.

« La chose la plus importante est que ces sous-marins sont devenus la base pour le développement de la flotte sous-marine nucléaire. Sans eux, le pays n'aurait jamais créé les Boreï ou Yassen », a conclu Litovkine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer