ADN numérique: l’homme bientôt sous surveillance en ligne totale?

Evgueni Tcherechnev.

Evgueni Tcherechnev.

Photo de presse
Evgueni Tcherechnev a vécu deux ans avec un implant sous la peau pour tester la technologie de «l’ADN numérique». Elle permet de reconnaître les internautes sans identifiant ni mot de passe, d’après leurs caractéristiques biométriques uniques.

Evgueni Tcherechnev, employé des Laboratoires Kaspersky, considère que chaque personne laisse derrière lui sur internet une « trace numérique » unique.

Elle permet de reconnaître les gens sans identifiants ni mot de passe, à l’aide de leurs paramètres biométriques : voix, pouls, empreintes digitales, et même de prévoir leurs actions. C’est « l’ADN numérique », qui existe pour chacun d’entre nous.

Tcherechnev a imaginé une expérience pour confirmer sa théorie. Durant deux ans, une puce électronique implantée dans sa main a récolté toutes ses informations, y compris sa vitesse de frappe, son vocabulaire sur les réseaux sociaux, ses données biométriques.

« Mon équipe étudiait les risques d’une surveillance totale de chaque personne et les possibilités de manipuler son comportement par l’analyse et la modification de ses schémas comportementaux, raconte Tcherechnev.  

J’ai vu le futur potentiel, et il m’a terrifié. Depuis, je consacre toutes mes forces, mes connaissances, mes émotions et mon expérience à empêcher que se concrétise ce futur, dans lequel chaque personne est totalement sous contrôle ». 

Fin janvier, Tcherechnev a parlé de cette technologie à New York lors d’une conférence TED.

« L’homme se trouve sous la surveillance permanente de tous les objets connectés, avec pratiquement aucune chance de rester anonyme. Chacun de nous déplace sa souris dans des endroits précis de l’écran de façon unique et à une vitesse donnée, fait les mêmes fautes de frappes prévisibles. Tous les mouvements, les mots, les paiements, peuvent être interceptés et utilisés d’une façon ou d’une autre », affirme Evgueni.

Selon lui, des hackers pourront bientôt usurper l’identité d’autres personnes, et les grandes compagnies disposeront de connaissances uniques sur leurs clients. « L’ADN numérique vous dit tout sur la psychologie d’une personne donnée », ajoute-t-il.

Une fois l’accès obtenu à l’ADN numérique, on peut non seulement identifier une personne sur internet et avoir accès à ses données, mais aussi manipuler ses envies, ses voyages, ses loisirs, ses connaissances, et même ses mauvaises habitudes.

Selon Tcherechnev, cette information unique pour chacun d’entre nous doit appartenir physiquement et juridiquement à chaque individu. Evgueni en est persuadé, « aucun État ou prestataire de services ne doit avoir le droit d’accéder à l’ADN numérique sans l’autorisation de son propriétaire ».

Lire aussi : 

Rencontre avec le Russe qui a touché 40 000 dollars pour avoir piraté Facebook

Dépression: une histoire de gènes ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.