Un milliardaire russe et Stephen Hawking lancent un projet spatial

Le physicien Stephen Hawking assis devant l'investisseur Iouri Milner (à gauche), le physicien Freeman Dyson (au centre) et le physicien Avi Loeb sur la scène lors de la présentation du programme Breakthrough Starshot à New York le 12 avril 2016.

Le physicien Stephen Hawking assis devant l'investisseur Iouri Milner (à gauche), le physicien Freeman Dyson (au centre) et le physicien Avi Loeb sur la scène lors de la présentation du programme Breakthrough Starshot à New York le 12 avril 2016.

Reuters
L’investisseur informatique Iouri Milner consacrera 100 millions de dollars à un projet destiné à lancer une flotte de petits appareils spatiaux sur Alpha Centauri. Cette étoile est le centre du système d’étoiles le plus proche de la Terre. Les vaisseaux devraient pouvoir rejoindre Alpha en 20 ans seulement.

Le lancement du programme Breakthrough Starshot a été annoncé par Iouri Milner et le célèbre physicien Stephen Hawking le mardi le 12 avril lors d’une conférence de presse conjointe qui s’est tenue à New York. Outre Milner et Hawking, le conseil d’administration du projet comprend également le fondateur du réseau social Facebook Mark Zuckerberg. « J’ai présenté le projet à Mark, il était très intéressé et a décidé de montrer son intérêt de cette manière », explique Milner dans un entretien avec RBC. Pete Worden, ancien directeur du centre de recherches scientifiques NASA Ames Research Center dirigera le projet Breakthrough Starshot.

Contexte

La fortune de Iouri Milner su2019u00e9levait u00e0 3, 2 milliards de dollars en 2015 (32e fortune dans le classement Forbes pour la Russie). Il a investi dans plusieurs sociu00e9tu00e9s technologiques, dont Xiaomi, Spotify et Airbnb. En 2013, il a cru00e9u00e9 le fonds Breakthrough Prize conjointement avec le pru00e9sident du conseil du2019administration du2019Apple Arthur Levinson, le cru00e9ateur de Google Sergey Brin et le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg. Le prix est du00e9cernu00e9 tous les ans dans plusieurs catu00e9gories, dont la physique et la biomu00e9decine.

Breakthrough Starshot se fixe pour objectif de placer sur orbite un appareil depuis lequel plusieurs nano-vaisseaux spatiaux seront lancés vers les étoiles à une vitesse de 160 millions de km/h. Un vol à cette vitesse permet d’atteindre l’étoile Alpha Centauri, qui se trouve à plus de 40 000 milliards de km (4,37 années-lumière) en 20 ans environ, sachant que le plus rapide des vaisseaux spatiaux existants est capable d’atteindre Alpha Centauri en 30 000 ans.

À l’étape initiale, le programme financera les recherches et études censées valider le concept d’un appareil qui se déplacerait dans l’espace grâce à une voile photonique de plusieurs mètres de largeur et de plusieurs centaines d’atomes d’épaisseur.

« Ce moyen de transport interstellaire a été initialement proposé par l’élève de Konstantin Tsiolkovski Friedrich Tsander, qui tenta de le breveter en 1926, mais son brevet fut alors rejeté, car il paraissait un peu futuriste », raconte M. Milner. La première voile photonique testé dans l’espace est également russe : en 1992, une voile solaire de 20 mètres de largeur Znamia-2 fut déployée sur la station spatiale Mir.

« La Terre est un endroit incroyable et merveilleux, mais cela pourrait ne pas durer. Un jour ou l’autre, nous devrons partir vers les étoiles », estime M. Hawking. Pour lui, Breakthrough Starshot est le premier pas dans cette direction. Le nano-appareil spatial permettra de photographier les différentes planètes du système, recueillir des informations scientifiques et les transmettre sur Terre pour découvrir des astéroïdes très éloignés de la Terre et développer de nouveaux outils permettant d’étudier le système solaire. ​

Contribution financière

Iouri Milner investira 100 millions de dollars de fonds propres : l’argent sera consacré à un programme de bourses de recherche dont les conditions seront précisées ultérieurement. « Actuellement, nous avons une vingtaine de thèmes prometteurs qui correspondent plus ou moins aux thèmes qui seront financés », explique l’investisseur.

Il est d’ores et déjà possible de construire l’appareil spatial, précise Iouri Milner. L’un des défis est de créer un système solaire terrestre d’un kilomètre environ dans un milieu montagnard et de générer et conserver plusieurs gigawatts-heures d’énergie nécessaires à chaque lancement. « À l’étape initiale, ces 100 millions seront principalement investis dans des recherches et des essais, car le site même devrait être bien plus onéreux, avec un montant comparable à celui des plus grands essais scientifiques », assure M. Milner. Ainsi, le projet du Grand collisionneur de hadrons, lancé par le Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN), a coûté près de 7,5 milliards d’euros. Milner espère que si les recherches s’avèrent fructueuses, d’autres investisseurs puissent rejoindre le projet à l’avenir.

Article complet disponible sur le site de RBC

La rédaction vous conseille

Le rêve spatial russe fête ses 55 ans

Comment le vol de Gagarine a marqué la mémoire des Russes

À la conquête de Mars

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.