Les trois principaux espoirs russes aux JO de Rio

Londres, Grande-Bretagne, le 1er août 2012. L'escrimeuse Sofia Velikaya agite le drapeau russe lors de cérémonie de remise de médailles aux JO de Londres de 2012.

Londres, Grande-Bretagne, le 1er août 2012. L'escrimeuse Sofia Velikaya agite le drapeau russe lors de cérémonie de remise de médailles aux JO de Londres de 2012.

Valery Sharifulin/TASS
Avec les scandales de dopage, l’équipe de Russie ne pourra pas compter sur de nombreux favoris aux Jeux olympiques de Rio. Cependant, même tronquée, l’équipe nationale compte plusieurs athlètes de haut niveau dont on peut attendre de beaux exploits.

1. Yana Kudryavtseva, gymnastique rythmique

La gymnaste russe Yana Kudryavtseva. Crédit : Yegor Aleyev/TASSLa gymnaste russe Yana Kudryavtseva. Crédit : Yegor Aleyev/TASS

Les supporters ont l’habitude de voir les gymnastes russes sur le podium depuis l’époque d’Alina Kabaeva, qui a brillé au début des années 2000. Pourtant, même Kabaeva est éclipsée par l’actuelle prima russe Yana Kudryavtseva.

Agée de 18 ans, Yana est 13 fois championne du monde (Kabaeva l’a été 9 fois). Pour ces premiers Jeux, la blonde figure parmi les favoris absolus : dès son entrée dans le sport professionnel en 2013, la jeune femme est d’emblée la plus jeune championne du monde. Par la suite, Yana Kudryavtseva n’a donné aucune raison de douter de sa supériorité.

Les fans ont baptisé Yana « l’ange aux ailes de fer ». Ce n’est pas un hasard : la jolie jeune femme frêle a vraiment des nerfs d’acier. Lors des qualifications pour le premier championnat du monde de sa carrière en 2013 à Kiev, la musique a été coupée plusieurs fois pendant son exercice au ruban. Pourtant, cet épisode désagréable ne lui a pas empêché d’exécuter brillamment son programme.

« Je ne m’énerve jamais… c’est probablement mon système nerveux qui est ainsi fait »explique Yana Kudryavtseva dans un entretien avec le quotidien Sport-Express.

Il se peut que ce soit cette résistance psychologique unique qui a permis à la sportive de remporter un quintuple d’or aux Championnat du monde 2015 à Stuttgart malgré une blessure au pied.

Vidéo publiée sur Youtubde de ciciginastica

Pour autant, Yana Kudryavtseva n’est pas un robot : la sportive avoue qu’elle a du mal à exécuter parfaitement ses numéros quand elle est de mauvaise humeur. Au sein de l’équipe, elle est amie, malgré une concurrence acharnée, avec sa principale rivale Margarita Mamun. Elles partagent même un chien au centre d’entraînement de l’équipe – un spitz nain prénommé LeBron James.

2. Svetlana Romashina, natation synchronisée

La nageuse synchronisée Svetlana Romashina. Crédit : Stanislav Krasilnikov/TASSLa nageuse synchronisée Svetlana Romashina. Crédit : Stanislav Krasilnikov/TASS

Les nageuses synchronisées russes ont tant habitué le monde aux victoires que leurs exploits sont un acquis pour la plupart des supporters. « Si, Dieu nous en garde, nous ramenons l’argent ou le bronze, notre sport sera oublié pour les 10 prochaines années »souligne amèrement Svetlana Romashina, principale étoile de la natation synchronisée russe.

La jeune femme affiche un palmarès incroyable : triple championne olympique, 18 fois championne du monde. Elle a gagné au programme solo, par équipe, en duo… A Rio, leur duo avec Natalia Ishchenko risque de remporter un grand succès auprès des photographes, car les jeunes Russes inventent régulièrement de nouvelles mises en scène frappantes.

Vidéo publiée sur Youtube de Synchro Foro

Les Jeux de 2016 seront les derniers pour Svetlana Romashina, la sportive souhaitant passer plus de temps auprès de sa famille. Cependant, sa carrière sportive ne s’arrêtera pas là : Svetlana Romashina envisage de se lancer dans les sports nautiques, passion que lui a transmise son époux.

L’abandon de la natation synchronisée lui permettra d’accorder plus d’attention à son autre passion, le ballet. Il y a quelques années, Svetlana a spécialement demandé le droit de rater un entraînement pour pouvoir se rendre à Saint-Pétersbourg : le Mariinsky présentait alors le Lac des Cygnes.

3. Sofia Velikaya, escrime

L'escrimeuse Sofia Velikaya. Crédit : Artyom Korotayev/TASSL'escrimeuse Sofia Velikaya. Crédit : Artyom Korotayev/TASS

Sofia Velikaya fait partie de l’élite de l’escrime féminine au sabre depuis si longtemps qu’elle semble avoir tout gagné. Tout ou presque. Pour compléter son palmarès, il ne manque à la septuple championne du monde que l’or olympique. Celui-là même qu’elle a regrettablement laissé échapper il y a quatre ans en finale à Londres face à l’outsider évidente, la Coréenne Kim Ji-yeon, qui, ce jour-là, faisait des merveilles. Celui-là même que Sofia ira chercher à Rio après son retour dans le sport suite à la naissance de son enfant. Elle s’y rend en qualité de championne du monde : en 2015, personne n’a pu l’égaler à Moscou tant au classement personnel qu’au classement par équipes.

La sportive âgée de 31 ans estime que son âge n’est pas un inconvénient, mais un atout. « Dans le sport, plus on est âgé, plus on est capable de maintenir sa concentration et son état d’esprit et d’ignorer les autres facteurs. On devient plus mûr »raconte Sofia dans un entretien avec R-Sport. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.