L’opposant russe Alexeï Navalny définitivement exclu de la course à la présidence

Un tribunal a maintenu une condamnation pour corruption, rendant impossible sa candidature au poste suprême.

Un tribunal a maintenu une condamnation pour corruption, rendant impossible sa candidature au poste suprême.

Zamir Usmanov / Global Look Press
Alexeï Navalny a déclaré qu’il continuerait la lutte pour le droit d’avancer sa candidature aux élections de 2018 et qu’il s’adresserait à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Le tribunal de la région de Kirov (à environ 800 kilomètres au nord-est de Moscou) a maintenu le verdict prononcé contre l’homme politique Alexeï Navalny, président de la Fondation anticorruption (FAC) : cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds.

Étant condamné pour crime grave en vertu du Code pénal, il ne pourra pas se présenter à la présidentielle prévue pour mars 2018.

Alexeï Navalny et la justice

Le procès de l’opposant russe dure depuis 2013 : il a été condamné à cinq ans de prison avec sursis pour les dommages causés en 2009 à l’exploitation forestière Kirovles à qui Alexeï Navalny aurait acheté du bois à un prix inférieur au prix réel.

L’année dernière, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a qualifié le verdict d’injuste et a déclaré que l’activité d’Alexeï Navalny ne différait en rien de l’activité habituelle d’un entrepreneur. La Cour suprême de Russie a alors décidé de réexaminer le dossier, mais en février dernier, la condamnation est restée inchangée : cinq ans de prison avec sursis.

Alexeï Navalny et ses partisans font remarquer que le dossier est politique, tandis que les représentants des autorités russes le nient. Alexeï Navalny, qui a annoncé en 2016 son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2018, a déclaré que malgré sa seconde condamnation dans le cadre de l’affaire Kirovles, sa campagne se poursuivrait.

« La campagne ne dépend pas du verdict »

La situation reste inchangée aujourd’hui, le verdict étant entré en vigueur. « La campagne présidentielle d’Alexeï Navalny ne dépend pas de sa condamnation dans le cadre de l’affaire Kirovles et n’en a jamais dépendu », souligne le site Mediazona citant Leonid Volkov, chef de l’état-major de campagne d’Alexeï Navalny.

L’avocat de l’opposant, Vadim Kobzev, a indiqué pour sa part que son client s’adresserait encore une fois à la CEDH. La campagne d’Alexeï Navalny sera poursuivie : des états-majors voient le jour dans différentes villes de Russie.

Lire aussi : 

Nadoïel: l’appel à manifester de Khodorkovski trouve peu d’écho en Russie

Projet 2018: comment le Kremlin se prépare à l’élection présidentielle

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer