Les motards russes reprennent la route de Berlin

Un membre des Loups de la nuit participant à la marche dédiée au 70e anniversaire de la Victoire de l'URSS dans la Grande guerre patriotique boit de l'eau après s'être vu refusé l'entrée en Pologne, près de Brest (Biélorussie).

Un membre des Loups de la nuit participant à la marche dédiée au 70e anniversaire de la Victoire de l'URSS dans la Grande guerre patriotique boit de l'eau après s'être vu refusé l'entrée en Pologne, près de Brest (Biélorussie).

Reuters
Les motards membres du club russe Loups de la nuit, connu pour sa proximité avec le Kremlin, ont décidé de reprendre la route de Berlin. Tout comme l’année dernière, ils se proposent de faire le trajet entre Moscou et la capitale allemande et de déposer des fleurs au pied du monument du Soldat-libérateur. En 2015, cette démarche s’était retrouvée au cœur de plusieurs scandales internationaux, mais les motards qui ont décidé d’honorer encore une fois la mémoire des soldats russes ne semblent pas découragés.

L’année dernière, le président des Loups de la nuit, Alexandre Zaldostanov (alias Le Chirurgien), a raconté à RBTH que l’idée de franchir en colonne la route reliant Moscou à Berlin était venue aux motards suite à l’histoire de Nadejda Kirillova. Agent de renseignement soviétique, cette femme a traversé toute la guerre en moto. C’est à elle et à tous les autres anciens combattants que les Loups de la nuit ont dédié leur marche.

Toutefois, nombre de pays européens n’ont pas apprécié l’élan patriotique des motards russes dont le leader, connu pour être l’ami personnel du président Vladimir Poutine, critique vivement l’Occident. La Pologne et l’Allemagne ont qualifié le voyage d’acte d’agression et ont refusé l’entrée de leur territoire à certains participants en annulant leurs visas. A Berlin, les rangs des Loups étaient très clairsemés.

Deuxièmetentative

L’entrée de l’Union européenne a été interdite notamment au Chirurgien, qui a été frappé de sanctions personnelles. Ce qui n’a pas empêché les Loups de la nuit et leur leader d’organiser cette année un nouveau rallye. « Les sanctions intergalactiques, je n’en ai rien à cirer ! », a déclaré Alexandre Zaldostanov à la radio Ici Moscou. Toujours est-il qu’il ne pourra pas rouler en tête de la colonne qui sera dirigée par un autre membre du club, Andreï Bobrovski.

Ce dernier espère que cette année la marche pourra se passer de scandales. « Nous avons commencé à concerter à l’avance tous nos itinéraires avec le ministère des Affaires étrangères afin de pouvoir faire le parcours sans problème. Certains documents nous ont été demandés par la Pologne. Je suis déjà allé à Varsovie pour concertation », a indiqué à RBTH Andreï Bobrovski. Les motards ont quitté Moscou le 29 avril et doivent arriver à Berlin le 9 mai.

Même objectif, plus de participants

L’objectif de ce rallye reste inchangé, a poursuivi Andreï Bobrovski : honorer la mémoire des soldats soviétiques. Les motards doivent défiler dans Berlin avec le drapeau de la Victoire et déposer des fleurs au pied du monument du Soldat-libérateur au parc de Treptow. Andreï Bobrovski est certain qu’à la différence des autorités, les simples Européens soutiennent cette action. « C’est un hommage à notre histoire commune qu’il est impossible d’oublier ni de réécrire, a-t-il souligné. Le soldat russe a tenu un rôle de taille dans la libération de l’Europe et les gens adéquats s’en souviennent ».

Les Loups de la nuit ont l’intention d’organiser des actions du genre tous les ans, en rassemblant toujours plus de participants. Ainsi, ils doivent être rejoints par des motards de Pologne, de Slovaquie, de Tchéquie et d’Allemagne. Alexandre Zaldostanov a estimé que cette année les motards seraient environ 300, soit bien plus nombreux que les quelques dizaines arrivées à Berlin l’année dernière.

Uneactioncontradictoire

Si les organisateurs mettent en relief le caractère mémorial de la marche, certains politologues russes y voient une composante provocatrice. « Bien sûr, l’élément de provocation est présent, a affirmé Alexeï Moukhine, directeur général du Centre d’informations politiques (proche du Kremlin). C’est une sorte de message adressé à l’Allemagne et à l’Europe ».  

Selon lui, les Loups de la nuit rappellent à l’Allemagne et aux autres pays européens « qui a en réalité vaincu le nazisme » et tentent ainsi de gagner les sympathies de la société. « Si l’Allemagne et l’Europe se souviennent de leur communauté historique avec la Russie, il se peut qu’elles deviennent plus indépendantes dans leur politique étrangère au lieu de rester dans le sillage des Etats-Unis », a expliqué le politologue dans une conversation avec RBTH.

Valéry Soloveï, analyste politique et professeur à l’Institut des relations internationales de Moscou (MGIMO), estime lui aussi que cette marche est une provocation, mais n’y voit aucun sens politique. D’après lui, un rallye organisé par un mouvement connu pour sa rhétorique antioccidentale risque d’avoir des répercussions négatives sur les relations entre la Russie et l’Europe. « Susciter l’irritation des pays occidentaux est l’unique sens d’une telle démarche. C’est une provocation sans quelque fond politique que ce soit, absolument dénuée de sens à mon avis », a-t-il noté.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.