En Russie, les cortèges automobiles seront considérés comme des meetings

Des motards du groupe pro-Kremlin “Notchnyie volki” (Loups de la Nuit) lors d’une course de moto organisée à Moscou à l’occasion du 70e anniversaire de la Victoire de la Grande guerre patriotique, le 25 avril 2015.

Des motards du groupe pro-Kremlin “Notchnyie volki” (Loups de la Nuit) lors d’une course de moto organisée à Moscou à l’occasion du 70e anniversaire de la Victoire de la Grande guerre patriotique, le 25 avril 2015.

EPA
Selon la loi signée par le président Vladimir Poutine, organiser un défilé automobile équivaut à tenir une manifestation, tandis qu’installer des tentes dans un lieu public revient à monter un piquet.

Désormais, les tentes et les cortèges automobiles organisés dans des lieux publics en Russie tomberont sous le coup de la loi sur les meetings. Peu importe le motif du rassemblement : protestation contre la hausse des prix de l’essence, défilé de voitures anciennes ou réunion de motards.

Une résolution appropriée a été signée le 9 mars par l’homme fort du Kremlin.

L’idée appartient au député du parti au pouvoir Russie unie, Sergueï Kouzine. Selon lui, ces amendements à la législation permettront d’éliminer le flou juridique surgissant lors de l’organisation et la tenue de manifestations. Le député estime qu’un cortège automobile risque de se muer en « action de masse avec des violations de l’ordre public ».

« Nous devrons nous fier aux fonctionnaires qui – de bonne foi évidemment – décideront d’accorder ou non le droit d’organiser un défile d’autos », a indiqué Piotr Chkoumatov, coordinateur du mouvement de lutte contre les passe-droits routiers Seaux Bleus (tournant en dérision et luttant contre les gyrophares des voitures VIP – ndlr).

D’après lui, cette loi présente une indétermination qui permet au gouvernement de contrôler l’expression de l’opinion publique sans accorder en retour un quelconque levier d’action à la société civile. « Les fonctionnaires régionaux obtiennent des instruments supplémentaires pour interdire toute activité publique et pour donner une apparence de calme régnant dans un pays aux prises avec une crise économique et avec l’appauvrissement de la population », a fait remarquer Piotr Chkoumatov.

Il a souligné que les amendements à la loi concernaient également les cortèges funèbres et de mariage, mais qu’en réalité personne ne limiterait la liberté de circulation des voitures particulières.

« La nouvelle loi limitera également les cortèges de motos et les rassemblements de motards en Russie. Toutefois, le nouveau document ne contient aucune formule claire et nette sur ce point, car le mouvement des motards n’a pas encore atteint l’ampleur des défilés automobiles », a-t-il ajouté.

Contexte

La loi sur les meetings est en vigueur depuis juin 2012. Elle inflige des amendes aux personnes physiques pour violation des règles d’organisation de meetings : entre 10 000 et 20 000 roubles (de 125 à 250 euros), pouvant aller jusqu’à 3 750 euros en cas de dommage corporel ou de préjudice matériel.

Selon les données du ministère russe de l’Intérieur, l’année 2014 a été marquée par des manifestations de protestation avec installation de tentes dans les lieux publics, notamment en Bachkirie et dans les régions de Belgorod, de Moscou, de Rostov-sur-le-Don et de Tchéliabinsk. En outre, 27 régions ont été le théâtre de 126 manifestations qui ont rassemblé 4 000 personnes avec 1 500 véhicules.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.