Le Kamtchatka: une terre sauvage au bout du monde

Un couple de photographes, Jénia et Iaroslav, a effectué un voyage au Kamtchatka, péninsule située à la pointe de l’Extrême-Orient russe, paradis des amoureux de la nature. Ils ont partagé leurs expériences avec RBTH.

​« Le Kamchatka a toujours été mon rêve le plus cher. Imaginez : plus de 150 volcans et vallées de geysers qui n’existent que dans cinq endroits au monde (les États-Unis, l’Islande, la Nouvelle-Zélande, le Chili et le Kamtchatka). Impossible de ne pas tomber amoureux du Kamtchatka et de ses beautés du diable qui s’offrent à vous à travers le hublot ».

« Le Kamtchatka est également appelé +terre de feu+ en raison de ses nombreux volcans. C’est une région unique en son genre et pratiquement inexplorée. Nous y avons passé vingt jours, ce qui n’est pas suffisant ».

« Les habitants ont l’habitude de dire que le Kamchatka n’a pas de routes, rien que des directions. En effet, les routes sont défoncées et vous aurez besoin de véhicules 4x4 robustes pour vous déplacer. Les distances sont énormes : il faut compter entre deux et trois heures jusqu’aux volcans les plus proches ».

« Notre voyage jusqu’au volcan Tolbatchinski a été notre meilleure expérience. On traversait des champs de lave où les fractures laissaient s’échapper des gaz volcaniques. On admirait les dômes de lave, fumante par endroits, même si la dernière éruption remonte à 1975. Marchant dans une +forêt morte+ ou pénétrant dans un tunnel de lave profond de 3 à 4 mètres, on se rend compte de la force de la nature et de l’insignifiance de la vie humaine ».

« L’océan impressionne encore plus avec son sable noir, ses vagues de 3 à 4 mètres de profondeur et ses kilomètres de plages, un paradis pour les surfeurs ».

« Ils enfilent leur combinaison et leurs gants néoprène et surfent à côté de phoques très curieux ».

« Les problèmes sont nombreux. Ainsi, il n’est pas facile d’atteindre le Kamtchatka, surtout si votre point de départ se situe dans une région de la Russie centrale. En outre, il ne faut pas compter sur de très bons hôtels. Vous pouvez louer un appartement ou rester dans un centre de loisirs à la campagne ».

« Le plus grand problème des étrangers est l’absence de guides maîtrisant une langue étrangère. Certes, il y en a quelques-uns, mais peu. Toutefois, les touristes étrangers viennent très nombreux ».

« Nous n’avons heureusement rencontré aucun ours. Mais si vous avez envie d’en voir un, à distance bien sûr, il faudra aller au lac Kourile où ils habitent de juillet à septembre. Comptez environ 450 euros par personne ».

« Pendant une randonnée en kayak, nous avons rencontré un jeune Allemand qui voyageait à travers la Russie depuis deux mois. C’était super parce qu’il avait une expérience incroyable ! Au printemps, il était allé au Népal pour participer aux travaux de déblaiement après le tremblement de terre. Il nous a raconté beaucoup d’histoires sur ses voyages et sur la Russie ».

« Le sentiment que vous ressentez en ouvrant la fenêtre le matin est extrêmement puissant, car le paysage ressemble à plusieurs fonds d’écran à la fois ».

Sur les plus de 100 raisons de venir au Kamchatka, trouvez les vôtres et tentez l’expérience  !

Découvrez dans notre autre publication le Kamtchatka comme vous ne l'aviez jamais vu.

Les droits sur ces publications sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies