Symphonie de l’incompatible: la Russie vue par un photographe allemand

Né en RDA, le photographe Frank Herfort a toujours été captivé par la Russie et son peuple.

Né en RDA, le photographe Frank Herfort a toujours été captivé par la Russie et son peuple.

Frank Herfort
Le Berlinois Frank Herfort a sillonné la Russie pendant quatre ans pour capturer des moments, pas toujours évidents, de la vie quotidienne.
Les œuvres de Herfort prêtent une attention particulière à l'architecture post-soviétique, en particulier aux bâtiments contruits dans les années 1990.
Herfort a publié une série de livres photo comprenant une sélection d’œuvres accumulées durant ses quatre ans de voyages à travers le plus vaste pays au monde.
« Quand j’étais petit, ma mère me racontait souvent ses voyages d’amitié germano-soviétique sur le lac Baïkal », se souvient Frank dans un entretien avec RBTH.
« Le minimalisme est tombé en disgrâce en Russie. Tout ce qui est cher et beau doit briller et scintiller, c’est plaqué or et prétentieux. L’architecture ne fait pas exception ».
« Je me rappelle les manuels scolaires de mon frère aîné remplis de tracteurs des fermes collectives et de pionniers fiers devant des mémoriaux ».
« Seulement Moscou se distingue. Les gens y sont toujours sur leurs pieds, plus agressifs et pensent plus à l'argent. Mais j'aime les gens des régions autant que les habitants de la capitale».
« L’architecture post-soviétique est un mélange de styles aux couleurs fantaisistes. Dommage que les années folles soient finies. Les projets russes d’aujourd’hui sont les mêmes que partout ailleurs dans le monde, un peu ennuyeux ».
Pendant son séjour en Russie, Herfort a eu l’occasion d’apprendre le russe.
« Il n'y a pas de grande différence entre les régions russes. Les Russes sont partout chaleureux et accueillant ».