Pourquoi les Russes s'entassent-ils dans des «fourmilières» malgré la taille du pays?

Legion Media
Pour certains, les hauts complexes d'appartements en Russie recréent les problèmes de développement dense et de surpopulation de Shanghai.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Quiconque s'est déjà rendu en Russie et a vu les banlieues de Moscou, de Saint-Pétersbourg ou de toute autre grande ville du pays, connaît les grands complexes résidentiels ressemblant à des fourmilières géantes.

Un seul d’entre eux peut accueillir des centaines de familles sous un même toit. Néanmoins, considérant que la Russie est si vaste, il est surprenant que les gens choisissent de se nicher dans des appartements situés à l'intérieur de complexes résidentiels géants.

Lire aussi : Comment les bâtiments en panneaux sont devenus des symboles de la Russie

Héritage soviétique

Chantier dans le quartier de Marina Rochtcha, à Moscou

Pour la Russie, les complexes résidentiels à plusieurs étages sont une sorte d'héritage soviétique. Après la révolution russe de 1917, la Russie soviétique a connu une forte croissance industrielle qui, à son tour, a donné lieu à une urbanisation rapide.

La population rurale a afflué vers les villes à la recherche d'une vie meilleure. Beaucoup étaient prêts à vivre dans des baraquements ou des appartements communautaires, où ils partageaient un seul logement avec d'autres familles. Très vite, des millions de personnes se sont ainsi retrouvées à lutter contre l'absence d'intimité et de confort.

Dans les années 1950, le gouvernement soviétique, dirigé par Nikita Khrouchtchev, s'est enfin attaqué au problème en lançant un programme de construction massive d'immeubles résidentiels à plusieurs étages dans toute l'Union soviétique.

Le programme s'est avéré très efficace et un grand nombre de familles, qui vivaient encore récemment dans des conditions désastreuses, sont devenues les heureux propriétaires de leurs propres appartements.

Chantier à Moscou

Les khrouchtchiovkas (barres d’immeuble typiques, généralement de 4 étages et en panneaux de béton préfabriqués), faciles à construire, ont résolu efficacement le problème émergent du logement en URSS. Cependant, la construction universelle de ces blocs d'habitation a entraîné de nouveaux problèmes. En effet, de nombreuses villes russes, notamment leurs quartiers résidentiels, sont devenues très grises et ternes.

« Nos compatriotes étaient sincèrement heureux lorsqu'ils ont emménagé dans les khrouchtchiovkas. Mais le temps a passé et les khrouchtchiovkas se sont banalisées, tous les défauts ont été révélés », a déclaré Marat Galiamov, responsable d'une société immobilière basée à Kazan.

Or, malgré la dissolution de l'URSS, l'approche soviétique du logement s'est poursuivie en Russie.

Lire aussi : Les citoyens ordinaires pouvaient-ils s’acheter un logement en URSS?

Les « fourmilières »

Dans la Russie d'aujourd'hui, d'énormes immeubles d'habitation sont construits dans tout le pays. On les voit surtout à Moscou et à Saint-Pétersbourg, où la demande de logements est élevée.

La construction à grande échelle de complexes résidentiels à plusieurs étages donne à de nombreuses personnes la possibilité de s'installer dans la capitale, où les appartements séparés dans des édifices plus haut de gamme et situés dans le centre sont un luxe inabordable pour beaucoup.

Dans certains quartiers huppés du centre de Moscou, un mètre carré dans un immeuble de trois ou quatre étages peut coûter jusqu'à 32 000 euros. De nombreux acheteurs potentiels peuvent trouver ce chiffre déraisonnable, car les promoteurs demandent environ 2 200 euros par mètre carré dans les grands immeubles d'appartements situés à la périphérie de la ville.

Immeuble en construction à Moscou

Bien que certains associent la vie dans les « fourmilières » au manque de places de stationnement, aux embouteillages et à la mauvaise accessibilité au centre-ville, beaucoup préfèrent économiser de l'argent et s'y installer, sacrifiant l'accessibilité au profit d'un espace de vie plus grand.

« Les immeubles de masse à plusieurs étages qui accueillent la majorité de la population sont destinés uniquement au logement, mais rien d'autre. Après avoir quitté sa maison, l'habitant d'un quartier résidentiel veut en sortir le plus rapidement possible – soit pour se rendre au centre pour le travail, soit pour se rendre au centre commercial et de divertissement le plus proche. D'où le fameux pendule [entre] migration et embouteillages », a déclaré Vitali Stadnikov, professeur associé de l'École supérieure d'études urbaines de l’École des hautes études en sciences économiques, dans un article publié en 2016.

De nombreux Russes estimant que payer un loyer revient à jeter de l’argent par les fenêtres, ils sont par conséquent heureux d’acquérir des appartements dans de grands complexes, malgré les problèmes liés au fait d'y résider.

« Fondamentalement, les gens achètent des logements dans les "fourmilières" afin de déménager le plus rapidement possible vers la métropole et ne pensent pas rester longtemps dans cet appartement. En fait, beaucoup restent y vivre pour toujours », explique Galiamov.

Dans cet autre article, nous vous expliquons en quoi les logements russes se distinguent des habitations occidentales.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies