L’ethnie méconnue des Allemands de Sibérie en cinq faits

Université d'État d'Omsk; Legion Media
Environ 300 000 Allemands vivent encore en Sibérie. Ils parlent la langue de Goethe à la maison, cuisinent des plats typiques d’outre-Rhin et célèbrent les mariages tel qu’on le faisait il y a 200 ans en Bavière.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il y a plus de 250 ans, des Allemands ont commencé à s'installer en Russie, invités par Catherine II.  En 1762, l’impératrice, qui était elle-même une princesse allemande avant de monter sur le trône impérial russe, a en effet rédigé des manifestes encourageant les Allemands à immigrer et à cultiver les terres russes. Ces colons venaient ainsi de Bavière, de Bade, de Hesse, du Palatinat et de Rhénanie et ont choisi pour lieux de peuplement la Volga et le Sud, et plus exactement la Crimée. Suite à la construction du chemin de fer du Transsibérien, ils se sont néanmoins enfoncés plus profondément dans le pays, à la recherche de nouvelles terres et d'une nouvelle vie.

Voici quelques faits intéressants sur les Allemands de Sibérie qui pourraient surprendre même leurs parents lointains en Europe.

Ils se sont établis en Sibérie de leur plein gré

La majorité des Allemands se sont installés en Sibérie par désir, lors de la construction du Transsibérien. Leurs familles s'agrandissaient et il n'y avait pas assez de terres dans le Sud. Habituellement, ils envoyaient en reconnaissance un membre de leur famille, tandis que les autres le rejoignaient plus tard. De plus, dans le Sud, les tribus nomades effectuaient des raids contre les demeures des colons et, en tant que mennonites, la religion interdisait à ces derniers d'utiliser des armes. Ces populations sont donc parties à la recherche de terres en Sibérie et ont plus tard fondé plus de 100 villages dans la région d'Omsk.

En Europe, ils peuvent parler allemand sans l'aide d'un interprète

Les Allemands de Sibérie ont préservé leur langue pendant plus de 200 ans après avoir quitté leur pays européen, en la parlant chez eux et lors de divers événements culturels. La langue qu'ils parlent n'a pas beaucoup évolué après leur arrivée en Russie, et bien que l'allemand en Europe ait subi une certaine modernisation, les deux se comprennent toujours.

« Nous sommes allés en Bavière et nous avons pu y utiliser sans problème notre dialecte sibérien allemand. En Allemagne, il y a beaucoup de dialectes qui étaient très différents les uns des autres, mais en Bavière, le dialecte était très similaire au nôtre », a déclaré Andreas Dell, coordinateur jeunesse de la Maison germano-russe d'Omsk. Des propos complétés par ceux d’Elizavetta Graf, elle aussi de cette institution, qui a de son côté précisé que « d'autres dialectes allemands sont également parlés à Omsk, notamment le souabe et l'essénien, qui est originaire d'Essen en Allemagne ».

Lire aussi : Paris, Berlin et autres villages russes portant des noms européens

Leurs villages et leurs maisons ont exactement le même aspect qu'en Allemagne

Il y a eu beaucoup de colons en Sibérie, y compris des Russes, des Ukrainiens, des Polonais, des Kazakhs et des Allemands, mais même aujourd'hui, vous pouvez aisément y reconnaître les villages de ces derniers. Les bourgades et les fermes allemandes étaient généralement construites selon un modèle unique. Au centre se trouvait une église ou un lieu de culte et une école. Les fermes portaient souvent le nom de leurs propriétaires, mais lors de la collectivisation, elles ont été supprimées.

En outre, les maisons d’Allemagne et celles construites par les Allemands de Sibérie partagent le même plan : une longue bâtisse avec un passage chauffé reliant la grange et la cuisine, généralement avec un toit en forme de U.

Ils se marient toujours de la même manière qu'en Allemagne

Les traditions allemandes en matière de mariage n'ont pas changé durant les siècles ayant suivi le départ de ces Allemands vers la Russie. La préparation du mariage comprend l'invitation, qui est prise en charge par les proches, qui vont de porte en porte afin d’en informer les convives. Ils nouent alors un ruban pour ceux qui acceptent d'y assister, ce qui leur permet de voir la quantité d’invités à prévoir.

En règle générale, la célébration du mariage a lieu dans la maison du marié, qui est nettoyée et décorée pour l’occasion. Le jour de la cérémonie, la mariée se lève tard, car c'est la dernière nuit passée dans la maison de ses parents, où elle peut se permettre de dormir plus longtemps. Ensuite, les invités se rassemblent progressivement. Depuis des temps anciens, la coutume veut que la cérémonie commence juste avant midi. Le nom du mariage, « hochzeit », signifie quant à lui littéralement « haut moment ».

Ils savent comment préparer le strudel, mais ne cueillent pas de champignons

Appareil à gaufres en possession d'Allemands de Sibérie

Les Allemands de Sibérie ont conservé leurs traditions culinaires même s'ils sont loin de leur terre natale. « Nous faisons encore des saucisses maison avec ces tubes, que nous appelons "seringues". Nous utilisons également des barattes d'un certain type », a déclaré Graf. On peut par ailleurs encore trouver de vieilles machines à gaufres allemandes dans de nombreux de leurs foyers.

La cuisine a ainsi conservé de nombreuses recettes de l'ancien pays, dont le strudel et le riwellkuch.

Le premier est un plat à base de viande, de chou et de pomme de terre enroulés dans une pâte cuite, puis coupée et cuite à la vapeur. Ce met est servi avec du pain. Le second est un gâteau allemand traditionnel dont le dessus est émietté. Les Allemands de Sibérie aiment la nourriture rassasiante pour faire face aux rudes hivers locaux, mais ils ne ramassent toujours pas de champignons, contrairement à leurs voisins slaves.

Après tant d'années en Russie, malgré la préservation de nombreuses traditions, la culture russe a laissé des traces chez eux. Ils ne se considèrent pas seulement comme des Allemands, mais comme des Allemands sibériens, et, conformément à un proverbe russe, ils affirment que : « Si je suis né ici, c’est que c’est ici que l’on avait besoin de moi ».

Dans cet autre article, nous vous racontons comment, au contraire, est apparu en Allemagne un village parfaitement russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies