Ce que l’on sait de la catastrophe qui s’est produite à l’aéroport Cheremetievo de Moscou

Dimanche soir, un avion a pris feu alors qu’il procédait à un atterrissage d’urgence à son aéroport de départ, à Moscou. Des 78 personnes se trouvant à bord de l’appareil appartenant à Aeroflot, première compagnie aérienne russe, seules 37 ont survécu. Une enquête visant à déterminer les causes de la tragédie a été ouverte.

Les circonstances de la catastrophe

Parti dimanche soir de l’aéroport moscovite Cheremetievo (SVO) à destination de Mourmansk, dans le Nord du pays, un Sukhoi Superjet 100 transportant à son bord 78 personnes, dont 5 membres d’équipage, a demandé l’atterrissage d’urgence peu de temps après son décollage, signalant un problème technique. 28 minutes après son départ, l’avion a par conséquent effectué un atterrissage brutal au cours duquel il a pris feu.

« À 18h30 (17h30 heure de Paris), l’avion de ligne a effectué un atterrissage brutal sur la piste, après quoi il a pris feu », informe en effet l’aéroport dans un communiqué.

Comme le précisent les agences d’informations locales, se référant à leurs propres sources, le train d'atterrissage s’est effondrée lors du contact avec le sol et les moteurs ont pris feu. Ensuite, la partie postérieure de l’appareil s’est embrasée.

Une source renseignée, citée par l’agence Interfax, précise que, d’après ses informations, l’appareil a perdu toute communication avec les aiguilleurs après avoir été frappé par la foudre. Si une hypothèse similaire a été également avancée par d’autres médias, à ce stade elle n’a été confirmée par aucune partie officielle.

Bilan des victimes

Au cours de la soirée, le bilan des victimes n’a cessé de s’alourdir, passant progressivement de cinq blessés à 13 morts. Vers minuit, le Comité d’enquête de Russie a enfin donné les chiffres exacts - 41 morts et 37 survivants, une information confirmée par le ministère de la Santé publique. En outre, d’après cette dernière institution, neuf personnes ont été hospitalisées.

Opération de sauvetage

Comme nous pouvons le lire sur le site de Cheremetievo, qui depuis l’avènement de la tragédie a remplacé son interface habituelle par une autre, noire, en signe de deuil, déjà à 18h32, soit deux minutes après que l’appareil a touché la piste, des ambulances, mais aussi des équipes de sauvetages sont arrivées sur les lieux pour procéder à l’évacuation des passagers et membres d’équipage et leur fournir une aide d'urgence.

Les images diffusées par le Comité d’enquête de Russie montrent que tout de suite après que l’appareil s’arrête, plusieurs personnes le quittent de manière autonome au moyen du toboggan d’évacuation, puis prennent la fuite.

Une cellule de crise a été formée au terminal B de l’aéroport en question pour venir en aide aux passagers et à leurs proches.

Investigation en cours

Une enquête pénale pour violation des normes de sécurité ayant conduit à la mort de plus d’une personne a par ailleurs été ouverte par le Comité d’enquête de Russie.

En outre, Rostransnadzor, cet organisme en charge du contrôle du domaine des transports, a pris la décision de procéder à des vérifications auprès de la première compagnie aérienne russe Aeroflot, de l’aéroport Cheremetievo et de la Corporation d'État pour l'organisation du trafic aérien en Fédération de Russie au sujet du respect des normes de sécurité des vols.

Causes potentielles de la catastrophe

Enfin, le Comité d'enquête de Russie a annoncé les pistes examinées, dont l'insuffisante qualification des pilotes et des personnes ayant inspecté l'appareil. Parmi les autres thèses, ont été évoquées la défaillance de l'avion et les conditions météorologiques défavorables.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies