Oural: 60 ans après sa fermeture, l’enquête sur la mystérieuse affaire du col Dyatlov relancée

Archives

Le Parquet général de Russie a annoncé la conduite prochaine de vérifications concernant la mort, en 1959, du tristement célèbre groupe de touristes supervisé par Igor Dyatlov dans les montagnes du Nord de l’Oural. Cette déclaration a été faite alors même que cette nuit, du 1er au 2 février, marquera le 60e anniversaire de cette mystérieuse tragédie.

En mars, des employés du parquet de la région de Sverdlovsk ainsi que des effectifs du ministère russe des Situations d’urgence et des spécialistes en géodésie et en météorologie se rendront par conséquent sur le terrain afin d’y effectuer les expertises nécessaires.

Lire aussi : Nouvelles théories intrigantes sur la terrible et énigmatique tragédie du col Dyatlov 

Un porte-parole a en outre expliqué qu’il existait à ce jour 75 versions, dont uniquement trois – toutes liées aux phénomènes météorologiques - peuvent avoir des fondements. Ce sont donc elles qui seront examinées. Toute piste criminelle est par ailleurs écartée, a-t-il été indiqué. Les conclusions que tireront les experts en mars prochain permettront donc peut-être de faire la lumière sur cette sinistre histoire.

Pour rappel, un groupe d’alpinistes amateurs s’était alors lancé à l’assaut du mont Kholat Syakhl. Néanmoins, sans nouvelles, les secouristes y avaient plusieurs jours plus tard découvert leurs cadavres affichant des traces de traumatismes d’une violence inouïe et parfaitement inexplicable : yeux et langues arrachés, cages thoraciques brisées, traces de radioactivité... Depuis, d’innombrables hypothèses sont venues alimenter les débats entourant cette affaire.

Pour en savoir plus sur ce mystère, retrouvez notre récit des faits dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies