En Russie, le nombre de nostalgiques de l’URSS atteint des records

EastNews/AFP

En comparaison avec les données enregistrées depuis 2005, la proportion de Russes regrettant la chute de l’URSS est actuellement à son point culminant, avance un récent sondage du Centre analytique Levada. En effet, ce taux est aujourd’hui de 66%, contre 58% en 2017 et 49% en 2012. Le record absolu (75%) avait toutefois été établi en l’an 2000. 

Pour justifier cette opinion, les raisons les plus fréquemment évoquées sont la destruction du système économique planifié (52% des répondants), la perte du sentiment d’appartenance à une grande puissance (36%, taux toutefois le plus bas depuis le début des années 2000), l’essor du manque de confiance et de l’aigreur entre les individus (31%), la détérioration des liens entre les proches et amis (24%), la perte du sentiment que l’on est partout comme chez soi (24%) et la difficulté à voyager librement (13%).

« La population explique toujours sa nostalgie de l’URSS principalement par des représentations irrationnelles d’une puissante économie et de la prospérité de ces temps-là, oubliant les pénuries, les tickets de rationnement, d’autant plus sur fond de croissance de l’inquiétude vis-à-vis des problèmes de bien-être dans le présent », interprète la sociologue Karina Pipiya.

Fait par ailleurs étonnant, si la majorité des nostalgiques sont âgés de plus de 55 ans, la part des 18-24 ans, qui n’ont donc pas vécu en URSS, à partager ce sentiment, croît depuis deux ans.

Dans cette autre publication, nous vous dévoilons cinq choses qui mettent immanquablement les larmes aux yeux des Russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies