Anomalie frontalière: comment «entrer» en Russie sans visa et sans passeport

Yuri Smituk /TASS
Pour entrer, pas de douane, pas de contrôle aux frontières, bref, rien du tout ! Et pourtant, voici le territoire de la Russie juste devant vous. Quiconque se trouve en Estonie peut y accéder sans visa russe, et même sans passeport. D'une superficie de 1,15 km², l'anomalie frontalière s’appelle la « botte de Saatse » en raison de sa forme. De fait, il s’agit d’un chemin de terre qui relie deux villages estoniens, Sesniki et Lutepää et qui passe par le territoire russe.

Comment la Russie est-elle entrée dans l'espace Schengen?

Il y a beaucoup d'endroits similaires dans les pays post-soviétiques, et tous sont liés à l'héritage soviétique. Après l'effondrement de l'URSS et la transformation des limites administratives en frontières étatiques impénétrables, certains villages et bourgs ont été divisés d'une manière très peu pratique. C'est ce qui s'est produit avec la route forestière entre Sesniki et Lutepää - jusqu'en 2008, c'était la seule route reliant les villages estoniens. Le hic, c'est qu'elle traverse le territoire officiel de la Russie.

La Russie et l’Estonie ont tenté à deux reprises de mettre un terme à cette absurdité - en 2005 et en 2014. Les deux pays ont signé un traité sur la frontière, qui impliquait l’échange de territoires : la Russie donne la « botte » en échange d'un secteur équivalent de la forêt estonienne ailleurs. Mais les deux fois, la ratification du traité a été rompue.

La raison de cet échec est simple : l’Estonie a insisté sur le fait que lors du transfert du territoire, on ferait référence au traité de paix de Tartu entre la Russie soviétique et l’Estonie de 1920 (après la guerre d’indépendance estonienne). Dans cet accord, la « botte de Saatse » est mentionnée comme le territoire de l'Estonie, mais ce n'est pas la seule différence avec les frontières actuelles. La Russie estime que cette référence au traité de paix de Tartu permettrait à l’Estonie de revendiquer d’autres terres russes.

Lire aussi : Mardi noir ou comment des gardes-frontières russes ont survécu à une offensive terroriste en 1993

FSB dans les buissons

La Russie a permis à tous ceux qui en ont besoin d'utiliser cette route. Certes, dans des conditions particulières : le transport ne doit pas faire d'arrêt, et les gens ne peuvent pas y marcher à pied. Si les conditions sont violées, les gardes-frontières russes quitteront immédiatement les buissons, et emmèneront les contrevenants dans la ville russe la plus proche pour une conversation et, probablement, leur infligeront une amende.

Le blogueur de voyage Dmitri Malov affirme que le territoire situé à gauche de la route (plus proche de l’Estonie) est sans aucune utilité économique pour la Russie. Il y a des « champignons forestiers jusqu'au genou » qui attirent les Estoniens. Et à droite de la route, du côté de la « grande » Russie - des barbelés, derrière lesquels, dans les maisons en bois camouflées sous des branchages, se tiennent des combattants vigilants du Service des frontières du Service fédéral de sécurité (FSB) de Russie. Et si vous pensez pouvoir passer inaperçus, vous faites erreur.

« Mon ami estonien Mikk m'a dit que les gardes-frontières russes semblaient être apparus de nulle part quand il a voulu soulager un "petit besoin" près d'une borne indiquant la frontière», rappelle l'internaute g-egorov. Un autre Estonien de la région, Lusti, a été encore moins chanceux : « Je suis resté à Kroupa [poste de contrôle russe] pendant 24 heures avant d'être ramené à Värska [village estonien]. Mais ils ne m'ont pas fait payer d'amende ».

Lire aussi : Quelles frontières d’États étrangers les troupes frontalières russes protègent-elles?

Le retour en Estonie à Lutepää est indiqué par un poste frontière isolé et un panneau indiquant une vitesse maximale de 70 km/h. « En Estonie, c'est strict. Du côté russe de la route, vous pouvez conduire n'importe comment », explique Malov.

Immédiatement après Lutepää, vous pouvez parcourir encore 50 m à travers la Russie, dans les mêmes conditions. « J'ai freiné au milieu de la forêt sur ces 50 mètres pour prendre quelques photos, mais un garde-frontière est immédiatement sorti des buissons et s'est dirigé vers moi, se souvient le blogueur. Un sentiment gênant. Vous demandez si vous pouvez photographier ou non, si vous pouvez séjourner sur cette route en russe ou pas - et il marche vers vous sans décrocher un mot. J'ai décidé de continuer ma route sans photos avec les gardes-frontières ».

Après un kilomètre, Malov a été arrêté par la police estonienne pour vérifier s'il était un passeur. « Et c'est vrai, qui d'autre pourrait voyager avec une plaque d'immatriculation russe entre Sesniki et Lutepää », dit-il.

Maintenant découvrez à quoi ressemble la vie dans les régions frontalières de Russie. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies