Les fragments d’un avion du régiment de chasse Normandie-Niemen extraits d’un lac russe

Épaulé par l’armée russe ainsi que d’autres experts, et après une semaine de recherches sur le terrain, l’historien français Pierre Malinowski a enfin pu extraire d’un lac de Russie le moteur d’un appareil du Normandie-Niemen, qui y reposait à une profondeur de 7 mètres, rapporte la chaîne de télévision Pervy Kanal.

Près d’un millier d’autres débris ont également été découverts, tels que des morceaux de bois provenant du fuselage, le compas de navigation, ou encore un morceau de tissu bleu ciel, comme celui dont étaient constituées les écharpes des pilotes français de l’escadron.

Pilotes russes et français durant l’opération militaire conjointe de Prusse-Orientale, en janvier 1945.

C’est en effet dans le but de retrouver un avion de chasse de ce légendaire régiment composé de combattants soviétiques et français unis face à l’ennemi commun lors de la Seconde Guerre mondiale, que Malinowski a récemment entrepris une expédition en Russie.

Lire aussi : Normandie-Niemen: une amitié née sous le ciel de la guerre

Grâce à différents témoignages et archives, ce spécialiste était parvenu à remonter la piste d’un appareil abattu le 31 août 1943 à la frontière des régions de Smolensk (368 kilomètres à l’ouest de Moscou) et Kalouga (163 kilomètres au sud-ouest de Moscou), dans ce qui était alors un marécage et s’apparente aujourd’hui à un lac.

Si le modèle de l’avion a ainsi pu être identifié (un Yak-1), le corps du pilote reste pour l’heure introuvable, laissant entrevoir la possibilité qu’il se soit éjecté de l’appareil en feu avant que celui-ci ne s’écrase au sol. Un travail supplémentaire d’étude d’archives sera donc probablement nécessaire afin de déterminer l’identité du combattant en question.

Pour plus de détails à propos de cette expédition, retrouvez notre précédente publication à son sujet.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies