Un quinquagénaire du Daghestan parcourt 10 kilomètres sur les mains

RT Play
Vous avez un talent hors du commun, mais il est inutile et n’amuse que vos amis? Voici donc un fait divers qui devrait vous insuffler un peu d’inspiration. Souleïman Magomedov, 55 ans, a fait des choses inutiles son crédo et a, grâce à elles, acquis une certaine notoriété.

Il y a cinq ans, Souleïman Magomedov, originaire de Kaspiisk (1 601 kilomètres au sud de Moscou), petite ville de la République du Daghestan, a décidé qu'il lui fallait entrer dans la légende. Néanmoins, tout ce qui se trouvait dans l’arsenal de ce quinquagénaire étaient 25 ans de lutte libre (une pratique sportive populaire dans la région), un soudain intérêt pour le massage et une récente passion pour le yoga. Mais cela s’est avéré suffisant pour se lancer dans une expérimentation : rejoindre depuis Kaspiisk la capitale daghestanaise, Makhatchkala, soit 10 kilomètres. Un jeu d’enfant nous direz-vous ? Sauf qu’en réalité il s’est lancé le défi de le faire… sur les mains.

Cela a cependant été infructueux. « J’étais inexpérimenté, le temps était mauvais, je ne l’avais pas pris en compte. Honnêtement, j’étais purement et simplement gelé », raconte Magomedov comme pour se justifier. Cette fois-là, en 2013, il n’était ainsi parvenu à ne parcourir qu’un kilomètre et demi.

Lire aussi : Alexandra Trusova, nouveau prodige du patinage artistique russe

Surpasser Bruce Lee

Mais depuis, beaucoup de choses ont changé. Tout d’abord, Souleïman a considéré que la marche sur les mains n’était pas suffisante. Il a donc appris quelques « trucs » : les positions les plus complexes du yoga, que cet homme de 55 printemps adopte en un claquement de doigts, les pompes sur un seul doigt, rester plusieurs heures sur des clous. Et certainement le plus impressionnant : « avaler » des dagues dotées d’une lame de 45 centimètres.

« C’est très difficile, tout à fait désagréable et extrêmement dangereux. Mais rien ne démontre autant les capacités incroyables du corps humain [que l’avalage de lames]. C’est pourquoi j’ai décidé d’essayer, au début je me suis longtemps entrainé avec un tuyau, puis j’ai commencé à pratiquer avec de petites dagues », confie-t-il.

Lire aussi : Tourisme extrême: comment survivre à une randonnée dans la taïga russe?

Ensuite, Magomedov n’a pas abandonné son idée d’aller d’une ville à une autre sur les mains, et est parvenu en quelques années à la transformer en mission sociale. Tout du moins c’est ainsi qu’il l’explique : « Je souhaite que tous sachent que l’homme peut parcourir 10 kilomètres seulement sur les mains ! Que Bruce Lee pouvait faire des pompes sur deux doigts mais qu’un Daghestanais peut le faire sur un seul ! Je veux devenir un exemple pour le Daghestan et pour la Russie toute entière et montrer de quels miracles est capable notre peuple ».

En mai de cette année, il a finalement réalisé son projet et a parcouru ces fameux 10 kilomètres sur les mains, ce qui lui a pris au total 12 heures. Si vous pensez que cette durée est tout de même importante, voici le record mondial : en 1900, un certain Johann Hurlinger a parcouru pas moins de 1 400 kilomètres entre Viennes et Paris, lui aussi sur les mains. Durant 55 jours il a ainsi avancé à raison de 10 heures quotidiennes. Le rêve de Souleïman Magomedov est à présent de battre cette performance.

Autre exploit sportif remarquable, découvrez dans cet autre article ce russe parcourant la Russie à pied.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies