«Mais où est votre voiture ?»: quiproquo total entre deux utilisateurs moscovites d’Uber

Anton Belitsky/Global Look Press
Les nouvelles technologies ne sont pas toujours faciles à manier, et engendrent parfois des situations complètement délirantes. C’est ce qu’auront retenu deux récents utilisateurs d’Uber à Moscou, qui se sont retrouvés bien malgré eux dans un profond malentendu.

À Moscou, deux utilisateurs d’Uber se sont retrouvés dans une situation improbable lorsque le service de taxi les a accidentellement mis en relation, au lieu de leur fournir les contacts de chauffeurs disponibles. Au cours de leur échange téléphonique, les deux hommes ont alors été progressivement plongés dans la confusion, puisque chacun d’entre eux pensait s’entretenir avec un conducteur.

En effet, Miroslav Tchemodanov, l’un des deux passagers, sortait des célèbres bains Sandouny, prestigieux sauna de la capitale russe, lorsqu’il a tenté de joindre le chauffeur du taxi qu’il avait réservé et qui de toute évidence n’était pas encore arrivé (la voiture effectuait des mouvements incohérents sur la carte de l’application).

Lire aussi : Yandex et Uber s’allient pour conquérir le marché russe des VTC

S’en est alors suivi un dialogue on ne peut plus déconcertant, que Miroslav a publié sur Facebook :

« Vous êtes où ? », a-t-il tout d’abord demandé.

« Ben je suis là, je vous attends », lui a alors répondu un certain Dmitri.

« Mais vous n’avez pas bougé du point (sur la carte) ».

« Je pensais que vous viendriez vous-même à moi ».

« C’est quoi ce bordel ? Allez juste au point indiqué ».

« Où êtes-vous ? », s’est alors enquis à son tour Dmitri.

« Aux bains Sandouny ».

« Je suis vraiment ravi pour vous ».

« C’est sûr, c’est formidable, mais peut-être que vous pourriez venir aux bains et nous continuerons à nous réjouir ensemble ? »

« Allez, on marche vers vous, aux Sandouny »

« Comment ça « on » ? Et comment ça, vous n’êtes pas en voiture ? »

« Non, on vient à pied ».

« Uber a embauché un psychopathe et il n’est pas seul, ou tout du moins pense qu’il n’est pas seul », s’est alors naturellement inquiété Miroslav.

Lire aussi : C’est normal en Russie: un taxi «nage» dans une rivière de Saint-Pétersbourg

Il a par conséquent décidé de se rendre à l’endroit où le taxi était indiqué sur la carte, à un pâté de maisons et demi de là. Une fois sur place, il a rappelé l’étrange Dmitri et a finalement aperçu deux hommes dans la rue, dont l’un d’eux recevait un appel.

Il s’en est approché et leur a demandé : « Mais où est votre voiture ? »

« On n’en a pas, on en attend une. Vous n’êtes pas chauffeur de taxi ? »

« Non, je ne suis définitivement pas chauffeur de taxi ».

Ce problème est en réalité survenu en raison du fait que Dmitri avait téléchargé deux applications Uber sur son smartphone, l’une destinée aux passagers, l’autre aux chauffeurs. Souhaitant effectuer une réservation, il avait en fait accepté celle de Miroslav.

Ce dernier a par la suite été remboursé des 100 roubles payés en avance et a reçu, de la part d’Uber, une réduction de 30 roubles pour son prochain trajet.

Saviez-vous que dans certains coins de Russie il était possible d’effectuer un tour de la ville en taxi pour 1 euro seulement ? Découvrez comment profiter de la province russe !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies