Les Russes sont-ils heureux au travail?

Kirill Zykov / Moskva Agency

Les Russes sont de manière générale satisfaits de leur travail. Ils seraient en effet 77% dans ce cas selon une étude du Centre de recherche moscovite Romir. D’après les résultats, les habitants de la partie centrale du pays seraient plus satisfaits que ceux résidant dans le Nord-Ouest et dans le Sud.

La plupart des répondants (80%) ont également affirmé que leur métier correspondait à leurs attentes et que leur salaire était plus ou moins décent (61%). Seul un tiers d’entre eux a confié avoir changé de travail au cours des dernières années. Lorsqu’ils sont à la recherche d’un emploi, ils disent se fier davantages aux recommandations de leur famille et de leurs amis, ainsi qu’aux réseaux sociaux. Il est intéressant de noter que 8 Russes sur 10 assurent qu’ils ne poursuivraient leur carrière à l’étranger qu’en cas de baisse de leur salaire en Russie.

Ce sondage intervient une semaine après la publication d’une étude du Boston Consulting Group (BCG), cabinet international de stratégie, concernant le marché du travail en Russie. La compagnie avance qu’au cours des 25 dernières années le pays n’est pas parvenu à se défaire de son héritage soviétique et que 80% des Russes ne possèdent pas les compétences requises pour être concurrentiels sur le marché international de l’emploi.

Le BCG a en effet sondé plus de 3,5 millions d’employés travaillant dans 22 secteurs et en a conclu que seulement 17% de la population occupent des postes à haute qualification. C’est 1,5 fois moins qu’au Japon ou qu’aux États-Unis, 1,7 fois moins qu’en Allemagne et 2,6 fois moins qu’au Royaume-Uni.

À en croire les résultats, une grande partie des Russes (35%) évoluent à des postes peu qualifiés, et travaillent régulièrement comme chauffeurs (7,1%), vendeurs (6,8%), ou encore agents de sécurité (1,9%). Alors que 30% de la population travaille dans le secteur public (y compris au sein des corporations et de leurs sociétés apparentées), seuls 15% sont à leur compte.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer