Attentat d’Istanbul : quel lien avec la Russie ?

Istanbul, Turquie, le 28 juin 2016 : Secouristes à l'aéroport Ataturk après l'attentat qui a fait 41 morts et plus de 140 blessés.

Istanbul, Turquie, le 28 juin 2016 : Secouristes à l'aéroport Ataturk après l'attentat qui a fait 41 morts et plus de 140 blessés.

Reuters
La tragédie qui a frappé l’aéroport Atatürk est survenue deux jours après que la Turquie ait annoncé le début de normalisation des relations avec Israël et fait un pas vers la réconciliation avec la Russie. Nous avons demandé aux experts s’il existait un lien entre ces événements.

L’attentat survenu le 28 à l’aéroport international Atatürk a fait 41 morts et plus de 140 blessés (dont au moins un Russe). Trois kamikazes ont ouvert le feu avant de se faire exploser.

Pour le moment, l’attentat n’a pas encore été revendiqué, mais les autorités turques soupçonnent que l’attaque a été perpétrée par l’Etat islamique (Daech, organisation interdite en Russie). Le premier ministre turc Binali Yildrim a déclaré que tous les indices portaient à croire que Daech était derrière cet attentat. Selon une autre version, l’attentat aurait pu être commis par les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (organisation séparatiste kurde, déclarée terroriste en Turquie, aux Etats-Unis et dans l’Union européenne).

La Russie ou la Syrie ?

Konstantin Kossatchev, président du comité pour les Affaires étrangères du Conseil de la Fédération a déclaré sur sa page Facebook que l’attentat d’Istanbul était une réponse aux tentatives d’Ankara de rétablir ses relations avec Moscou. Cependant, les experts estiment que le problème revêt un caractère beaucoup plus profond, lié principalement à la crise syrienne.

Iouri Mavachev, spécialiste de l’Orient et de la Turquie et expert du Club géopolitique du Caucase, estime que le lien entre le drame et la normalisation des relations russo-turques est quelque peu prématuré. « Il paraît évident que l’attentat qui n’a fait aucun mort russe ne constitue pas une provocation visant à mettre en danger les relations bilatérales », explique l’expert.

Son avis est partagé par Kerim Has, expert en politique eurasienne au centre analytique indépendant Organisation internationale d’études stratégiques (USAK, basé à Ankara). « Je ne vois pas de lien direct entre l’attentat d’Istanbul et les mesures prises par Ankara pour normaliser les relations avec Moscou », a déclaré l’expert. « L’attaque s’explique par le fait que Daech subit des pertes importantes en Syrie suite à l’opération menée par les forces de la coalition. Les radicaux veulent simplement terroriser la Turquie ».

Quel lien avec Israël  ?

La normalisation des relations entre la Turquie et Israël après près de six ans de conflit a fait la une de tous les journaux turcs du 27 juin. Rappelons qu’un incident entre les deux pays est survenu en mai 2010 impliquant le convoi turc baptisé Flottille de la Liberté, qui transportait une aide humanitaire vers la bande de Gaza, sous blocus. Alors qu’elle tentait de forcer le blocus, les gardes-frontières israéliens ont ouvert le feu, tuant huit citoyens turcs. Les relations diplomatiques entre les deux pays se sont alors fortement détériorées, se voyant réduites au niveau des troisièmes secrétaires. L’attentat d’Istanbul a suscité des spéculations sur un lien éventuel avec Israël.

« C’est une hypothèse qu’on ne peut pas exclure », estime M. Mavachev. « Cette circonstance aurait pu pousser les terroristes à commettre un crime à l’aéroport international d’Istanbul, compte tenu de la position adoptée précédemment par la Turquie à l’égard de tous ceux qui combattaient Israël, quelles que soient leurs méthodes. Il est possible qu’ils aient voulu rappeler aux Turcs qu’ils existaient encore ».

Conséquences pour les relations entre Moscou et Ankara

Au lendemain de l’attentat, le président russe Vladimir Poutine s’est entretenu au téléphone avec le président turc Erdogan pour la première fois depuis la destruction par la Turquie du bombardier russe Su-24 en novembre 2015, qui avait provoqué une crise dans les relations entre les deux pays.

Le dirigeant russe a exprimé ses condoléances à son homologue turc. Selon une source au sein du service de presse d’Erdogan, la conversation a été « très productive et positive ». Les parties ont convenu d’une rencontre personnelle. « Moscou aura l’occasion d’exprimer sa compassion et sa solidarité avec Ankara. Dans un tel moment, c’est tout à fait bienvenu », précise Iouri Mavachev.

Pour Has, la tragédie à l’aéroport d’Istanbul aura un impact négatif sur l’image de la Turquie auprès de la population russe. « La Russie et la Turquie ont ouvert la voie à la réconciliation. Il était fort probable que Moscou lèverait les sanctions pesant sur Ankara et que les touristes russes affluent prochainement en Turquie. Mais cet attentat a douché tous les espoirs », estime l’expert. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.