Comment un pilote américain ayant participé à la guerre soviéto-polonaise a inventé King Kong

Domaine public; Merian C. Cooper/RKO Radio Pictures, 1933
Un groupe de volontaires américains a participé à la guerre des Polonais contre les bolcheviks en 1919-1921. Parmi eux figurait le futur créateur du célèbre King Kong.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Après l'effondrement de l'Empire russe, un certain nombre de nouveaux États se sont formés sur ses ruines, les plus puissants étant la Russie soviétique et la République polonaise. Au début de l’année 1919, une lutte acharnée les a opposées pour des territoires ukrainiens et biélorusses.

Plusieurs dizaines de pilotes américains ont pris part à la guerre soviéto-polonaise du côté de Varsovie. Que faisaient-ils dans cette Europe de l'Est si lointaine ?

Escadron Kosciuszko

L'idée d’impliquer des pilotes militaires américains dans la guerre contre les bolcheviks est venue au capitaine de l'armée américaine (également pilote) Merian Cooper au printemps 1919, alors qu'il visitait la Pologne dans le cadre de la mission humanitaire de l'American Relief Administration.

Il n'y avait rien de particulièrement fantaisiste dans la participation des Américains à la guerre contre la Russie soviétique. Depuis près d'un an, des contingents militaires américains étaient impliqués dans une intervention de grande envergure dans le pays, opérant dans le Nord et l’Extrême-Orient russes. La Pologne pouvait devenir un autre front sur lequel les Américains soutiendraient les forces opposées aux communistes.

Merian Cooper

Pour Cooper, il y avait aussi des motifs personnels dans la décision de soutenir la Pologne. Son arrière-arrière-grand-père avait lutté aux côtés du héros de la guerre d'indépendance des États-Unis, le général polonais Kazimierz Pulaski, et avait assisté à sa mort lors de la bataille de Savannah en 1779. Dans la famille Merian, la mémoire du célèbre Polonais était honorée, et le pilote voulait ainsi s’acquitter de sa dette envers ce pays. « Cela me chagrine chaque jour de faire si peu pour la cause de la liberté polonaise, alors que Pulaski a tant fait pour nous », a écrit Cooper à son père.

>>> Igor Sikorsky, le «père de l’aviation», était-il Américain ou Russe?

La proposition de Cooper a été soutenue par le général Tadeusz Rozwadowski, et par le chef de l'État lui-même - Jozef Pilsudski. Le capitaine s’est rendu en France pour recruter ses collègues, qui malgré la fin de la Première Guerre mondiale se trouvaient toujours en Europe. Il a été grandement aidé par le major Cedric Fauntleroy, qui est devenu plus tard le premier commandant des pilotes volontaires américains.

Les sept premiers militaires sont arrivés en Pologne en septembre 1919. Au total, 21 pilotes américains ont pris part à la guerre soviéto-polonaise.

Le 7e escadron aérien, dans lequel les Américains étaient enrôlés, fut rapidement rebaptisé 7e escadron aérien Tadeusz Kosciuszko. Ce nom n'a pas été choisi par hasard. Comme Pulaski, Kosciuszko était vénéré en Pologne et aux États-Unis comme un héros des guerres pour l'indépendance des deux États.

Chemin de combat

L'armée de l'air soviétique était alors dans un état déplorable et les pilotes de l'escadron Kosciuszko, dans l'ensemble, n'avaient pas à participer à des combats aériens. Au cours de l'offensive de l'armée polonaise à Kiev en avril 1920, les Américains ont, sur leurs Albatros D.III et Ansaldo A, effectué des reconnaissances, livré des fournitures, bombardé des villes soviétiques et attaqué des troupes ennemies, coulé les navires de la flottille du Dniepr et soutenu des unités et sous-unités polonaises.

Fin mai de la même année, la 1ère armée de cavalerie de Semion Boudionny a lancé une offensive de grande envergure, obligeant les troupes polonaises à quitter Kiev et à se replier en toute hâte vers l'ouest. Plusieurs fois, les pilotes américains ont été sur le point d’être capturés par la cavalerie rouge. Ils ont dû abandonner leurs avions sur les aérodromes et littéralement prendre leurs jambes à leur cou.

Le point culminant de l'escadron Kosciuszko fut les batailles de Lvov en juillet-août 1920. Les pilotes américains effectuaient plusieurs dizaines de sorties par jour, soumettant l'ennemi à des attaques incessantes et le maintenant dans un état de tension constante. En conséquence, la 1ère armée de cavalerie de Boudionny s'est enlisée près de Lvov et n'a pas pu arriver à temps près de Varsovie, où les troupes de Mikhaïl Toukhatchevski ont subi une lourde défaite.

>>> Comment un pilote russe et Walt Disney sont devenus les chantres de la puissance aérienne américaine

« Les pilotes américains, malgré leur épuisement, se battent comme des fous. Sans leur aide, les diables nous auraient nettoyés depuis longtemps », a noté le général polonais Antoni Listowski. 

Pendant toute la durée du conflit, qui s'est terminé au printemps 1921, l'escadron a perdu trois pilotes. Un certain nombre de pilotes ont reçu la plus haute distinction militaire de la République polonaise - l'Ordre Virtuti militari (« de la valeur militaire »).

Tous les Américains n'ont pas quitté le pays avec l’arrivée de la paix. Certains ont continué à servir dans l'armée de l'air polonaise, qui éprouvait un besoin urgent de pilotes possédant une telle expérience du combat.

Le sort ultérieur de Merian Cooper est digne d’être mentionné. En juillet 1920, après que son avion eut été abattu, il est fait prisonnier par les Soviétiques, passant neuf mois en détention. Finalement, il a réussi à s'échapper et à rentrer en Pologne via la Lettonie. Plus tard, de retour dans son pays, le pilote est devenu l'un des fondateurs de la compagnie aérienne américaine Pan Am, et est également devenu célèbre en tant que réalisateur, en tournant en 1933 le film culte King Kong.

Il existe une légende selon laquelle le célèbre monstre aurait été inventé par Cooper durant sa captivité soviétique. Étudiant la langue russe par ennui, il s’est mis à lire le conte de fées en vers Crocodile de l'écrivain soviétique pour enfants Korneï Tchoukovski, où, entre autres, était décrit un gorille sauvage qui attrapait la petite fille Lialia et grimpait avec elle au sommet d'un grand immeuble...

Pourquoi les Américains utilisaient en secret des avions soviétiques ? Trouvez la réponse dans cette publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies