Trois géants du basket soviétique

Vladimir Rodionov/Spoutnik; Sergueï Preobrajenski/TASS; Igor Outkine/Spoutnik
Ces athlètes ont transformé ce qui aurait pu être un sérieux inconvénient en force.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Uvays Akhtaev

Surnommé le « Tchétchène », Uvays Akhtaev était réputé pour sa taille. Avec le reste des communautés tchétchène et ingouche, il a été déporté à Karaganda, en République soviétique du Kazakhstan, en 1944.

Au moment de la déportation, Akhtaev n'avait que 14 ans, mais le garçon mesurait déjà deux mètres. Heureusement, le futur athlète a survécu aux conséquences de la déportation, contrairement à beaucoup d’autres.

La vie en déportation était très dure. Les gens devaient voler de la nourriture et du bois pour survivre et se chauffer. Un jour, un heureux accident a évité au jeune Akhtaev la prison et l'a orienté vers le monde du sport.

>>> Quand les Soviétiques créaient un échiquier géant en plein cœur de Leningrad  

Akhtaev, 14 ans, volait des traverses en bois sur un chemin de fer local pour chauffer sa maison familiale, mais il a été arrêté par la police. Étonné par la capacité du jeune homme à porter simultanément quatre traverses en bois et, dans le même temps, à tenter de fuir la police, un policier qui avait arrêté Akhtaev l’a conduit non pas en prison, mais dans un club de sport. Depuis lors, la vie du géant était prédéterminée.

Durant ses premières années, Akhtaev mesurait 2 m 36 ; son poids a varié de 160 à 200 kilogrammes. Selon certaines sources, Akhtaev serait devenu le premier basketteur d'URSS à pouvoir marquer deux points en réalisant un slam dunk.

Akhtaev n'a jamais joué pour l'équipe olympique soviétique, car on lui a offert une place à condition qu’il modifie son nom et son ethnie dans les papiers officiels. Refusant de le faire, il a raté les Jeux olympiques de 1952 d’Helsinki, en Finlande.

Akhtaev est décédé en juin 1978. Avant sa mort, il a demandé à ses proches de le mettre dans une tombe de taille standard, afin qu'elle n'attire pas l'attention des visiteurs du cimetière.

Alexander Sizonenko

Au cours de sa vie, Sizonenko est devenu non seulement le plus grand basketteur de l'URSS, mais aussi l'homme le plus grand du monde en 1990.

>>> Comment des soldats russes géants ont servi le roi de Prusse

Dans sa jeunesse, la taille anormale de Sizonenko était considérée comme une maladie, mais son traitement n’a pas produit les résultats escomptés - le garçon a continué à grandir. Né en 1959 en République soviétique d'Ukraine, Sizonenko mesurait 2 mètres 37 lorsqu'il jouait dans la Première ligue de basketball d'URSS pour le Spartak et, plus tard, pour le club Stroitel.

En 1986, Sizonenko a été contraint de mettre fin à sa carrière sportive en raison d'un problème de santé. De son vivant, il n'a cessé de grandir, atteignant 2,43 mètres au moment de son décès en janvier 2012.

Arvydas Sabonis

Arvydas Romas Sabonis est peut-être le basketteur de la liste qui a connu le plus de succès sportif. Originaire de la République soviétique de Lituanie, Sabonis est devenu champion olympique en remportant l'or aux Jeux olympiques d'été de 1988 en Corée du Sud, jouant en position centrale dans l'équipe de l'Union soviétique. Il a également remporté à plusieurs reprises l’Euroscar - une récompense annuelle du basket-ball décernée au meilleur joueur européen de l’année.

>>> Le sport sous Joseph Staline

En 2011, avec 2,21 mètres, Sabonis est devenu le plus grand basketteur jamais intronisé au Naismith Memorial Basketball Hall of Fame, bien qu'il ait ensuite été dépassé par l'Américain Ralph Sampson de seulement trois centimètres.

Sabonis est largement reconnu comme l'un des meilleurs centres de tous les temps, y compris en NBA. Son solide record n'a été battu par aucun autre basketteur de l'ex-Union soviétique.

Dans cette publication découvrez l’incroyable destin de Shavarsh Karapetyan, athlète soviétique à l’héroïsme trop souvent oublié.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies