Ilia Starinov, le meilleur saboteur soviétique de la Seconde Guerre mondiale

V. Prager, I. Doronine, Domaine public, colorée par Klimbim
Ilia Starinov n'avait pas d'égal dans l'Armée rouge pour faire exploser des bâtiments ennemis et dérailler des trains. Adolf Hitler a personnellement promis une prime pour sa tête.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Grand saboteur », « grand-père des forces spéciales soviétiques », « dieu du sabotage », « génie de la guerre des mines » - tels étaient les surnoms du colonel des troupes du génie Ilia Starinov. Pendant toute la Seconde Guerre mondiale, sous sa direction, 256 ponts ont été détruits et 12 000 convois ferroviaires ennemis ont déraillé.

Des démolisseurs soviétiques déposent des explosifs sous les rails

Starinov participait en personne aux opérations et était engagé dans la formation et l'entraînement de détachements de sabotage et de résistants. En outre, il a personnellement développé un certain nombre d'obstacles explosifs et d'équipements de sabotage qui ont été produits en masse.

Espagne

Le talent d'Ilia Starinov en tant que saboteur s'est pleinement manifesté pendant la guerre civile espagnole, où il a été envoyé sous le pseudonyme de « Rodolfo » dans le cadre du Groupe de spécialistes soviétiques en 1936.

Starinov affichait un talent certain pour réussir ses opérations. Un jour, des explosifs ont été cachés dans une cuisine de campagne capturée, qui a été placée sur un pont, le tout ayant explosé lorsqu'une colonne de troupes ennemies l'a traversé. Une autre fois, il les a placés dans une boîte, qui était traînée par un mulet abandonné : ravis de cette découverte inattendue, les soldats franquistes ont emmené leur prise dans le monastère fortifié de la Virgen de la Cabeza. Après l'explosion, des détachements de l'armée républicaine, cachés en embuscade, sont allés à l'assaut.

Ilia Starinov

>>> «Oncle Iacha»: comment un agent du renseignement soviétique a fait trembler l'Europe

Afin de détruire un tunnel important dans la section Peñarroya-Cordoba, une mine a été déguisée en pneu de voiture et placée entre les rails. Un train transportant des munitions pour les troupes de Franco a attrapé et entraîné le pneu dans le tunnel, où une explosion a été bientôt entendue. L’incendie et l'explosion de munitions se sont poursuivis pendant plusieurs jours.

Le plus grand succès de Starinov en Espagne lui a coûté beaucoup d’énergie. Le fait est qu'en minant des voies ferrées près de Cordoue, son groupe était sûr que les trains de voyageurs ne circulaient pas ici. En partant, ils ont remarqué à leur grande surprise qu'un tel train s'approchait de la mine, et qu’il n'était plus possible de l'arrêter.

« Cette nuit a été difficile pour moi. Je n'attendais rien de bon de l'avenir. Je savais que les excuses n'aideraient pas... Le danger planait sur toute notre entreprise, mise en place avec tant de peine », a écrit Starinov dans Notes d'un saboteur. Cependant, la tragédie s'est transformée en triomphe. Dans la matinée, il s'est avéré que ce n'était pas un train de voyageurs qui avait déraillé, mais qu’il transportait le quartier général d’une division aérienne italienne.

L'homme politique soviétique Kliment Vorochilov serre la main du capitaine Ilia Starinov

De retour dans son pays natal, Starinov a failli être victime des répressions qui y faisaient rage. Il connaissait de nombreux commandants accusés de trahison et exécutés, et Janis Berzins, qui fut arrêté, était son chef immédiat en Espagne. Le commissaire du peuple à la défense, le maréchal Kliment Vorochilov, a sauvé le saboteur du tribunal.

>>> Comment les nazis ont perdu leur dernière chance de se maintenir en URSS

Ennemi personnel d'Hitler

Lorsque, peu de temps après l'invasion de l'armée allemande en URSS, il est devenu clair que la doctrine soviétique « battre l'ennemi sur son territoire et avec peu de sang » ne fonctionnerait pas, il était urgent de créer un vaste réseau de partisans et d'organiser des activités de sabotage derrière les lignes ennemies. Les compétences de Starinov furent très utiles dans ce domaine.

Des partisans soviétiques en Crimée pendant la Grande Guerre patriotique

En octobre 1941, de féroces batailles ont eu lieu pour Kharkov, un grand centre industriel de l'Ukraine soviétique. Le groupe de Starinov a été chargé de miner la ville au cas où elle serait occupée par la Wehrmacht. En conséquence, 30 000 mines antichar et antipersonnel ont été mises en place, environ 2 000 mines à action retardée et plus de 5 000 mines-leurres ont été placées - des moulages, qui pousseraient l'ennemi à dépenser temps et ressources pour leur déminage.

De plus, Starinov a préparé un piège spécial pour les Allemands. Dans une maison luxueuse du centre de Kharkov, où, comme le saboteur le supposait, le commandement ennemi devait séjourner, une mine télécommandée (d’une charge de 350 kilogrammes d’équivalent TNT) a été posée, soigneusement cachée dans le sol de la chaufferie. Afin de ne pas éveiller les soupçons, dans le tas de charbon se cachait une mine « factice », un leurre non destiné à la détonation.

La ville de Kharkov (aujourd'hui en Ukraine) occupée par les troupes allemandes

Lorsque les sapeurs allemands ont découvert et neutralisé la mine soviétique factice, le lieutenant général Georg Braun et le quartier général de la 68e division d'infanterie se trouvaient dans la maison. Le 14 novembre, à 5 heures du matin, la vraie mine a été activée par signal radio depuis une distance de 300 km de Kharkov. Une puissante explosion a entraîné la mort de Braun et de tout le commandement de la division.

>>> Seconde Guerre mondiale: le front de l'Est en vingt photos célèbres

Hitler était furieux. Après que les renseignements militaires du Troisième Reich ont découvert l'identité de l'organisateur du sabotage, une récompense de 200 000 Reichsmarks a été promise pour la tête de Starinov.

Les Allemands n'ont jamais réussi à attraper l'impudent saboteur. Jusqu'à la fin de la guerre, Starinov a participé à l'organisation de la guerre de résistance derrière les lignes ennemies, supervisant l'interaction entre les troupes soviétiques et l'Armée de libération nationale de Yougoslavie, ainsi que le déminage des routes en Hongrie et en Allemagne.

Grand-père des Spetsnaz

Dans l'après-guerre, Ilia Starinov s'est concentré sur l'enseignement dans les établissements de formation du KGB. Il a formé de nombreux officiers des forces spéciales hautement qualifiés qui l'appelaient « grand-père ».

Starinov a reçu des dizaines de médailles et de récompenses, mais il n'a jamais reçu le prix principal du pays. Trois fois en Union soviétique et deux fois en Russie, on a voulu le nommer pour le titre de Héros, mais à chaque fois, le prix lui a échappé. La raison en était le caractère querelleur et direct du saboteur, qui n’hésitait pas à dire en face la vérité à ses supérieurs.

Bien qu'il n'ait jamais réussi à devenir général, Ilia Starinov le prenait avec humour. « Il vaut mieux être un colonel vivant qu'un maréchal mort », a déclaré Starinov, qui a vécu jusqu'à 100 ans.

Dans cet autre article découvrez les souvenirs d'anciens combattants.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies