Comment Reagan et Gorbatchev se sont rencontrés pour empêcher la troisième guerre mondiale

Le président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev

Le président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev

Getty Images
Malgré des tensions et même des échanges de noms d’oiseau, les deux dirigeants ont rendu possible la fin de la guerre froide.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, les relations soviéto-américaines étaient loin d’être au beau fixe : l'URSS a envoyé des troupes en Afghanistan et les États-Unis ont travaillé dur pour donner aux Soviétiques leur propre « Vietnam » ; de plus, il n'y avait plus eu de rencontres entre les chefs d'État des deux superpuissances et les rivaux de la guerre froide depuis que Jimmy Carter avait rencontré Leonid Brejnev à Vienne en 1979.

Tout a changé avec la mort du dirigeant soviétique Konstantin Tchernenko en 1985, qui a déclenché des bouleversements imprévus dans la politique étrangère soviétique. La même année, sur recommandation de l’influent « dinosaure » de la diplomatie soviétique Andreï Gromyko, l’élite politique a choisi un homme politique relativement jeune du nom de Mikhaïl Gorbatchev (alors âgé de 54 ans) pour occuper le poste nouveau secrétaire général de l’URSS.

Le président américain Ronald Reagan (deuxième à gauche), le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev (au premier plan à droite) et le personnel le 19 novembre 1985 à Genève, Suisse

Le nouveau dirigeant avait des idées neuves sur la politique étrangère soviétique, les relations soviéto-américaines, la guerre froide et la course aux armements avec les États-Unis. Gorbatchev était prêt à rompre avec le concept stratégique de « destruction mutuellement assurée » - une théorie qui stipulait que les deux superpuissances nucléaires étaient en sécurité du moment qu'elles possédaient suffisamment d'ogives nucléaires pour s'annihiler totalement au cas où l'une d'elles lancerait un missile en premier - et voulait explorer le potentiel de l'idée de « sécurité commune », pensant que l'URSS pourrait se protéger d'une attaque américaine en encourageant la coopération avec l'ennemi idéologique.

>>> «M. Niet»: cinq faits sur le ministre des Affaires étrangères le plus emblématique de l'URSS

De l'autre côté du rideau de fer, le 40e président des États-Unis, Ronald Reagan, nourrissait des plans visant à réduire le potentiel nucléaire soviétique et à protéger les États-Unis d'une hypothétique frappe nucléaire en utilisant une technologie qui permettrait à l'armée américaine d'abattre les missiles nucléaires depuis l'espace, connue sous le nom d'Initiative de défense stratégique et surnommée « Star Wars » par les médias.

Au milieu des années 80, les deux parties ont pris conscience de la nécessité de trouver un moyen de sortir de la course aux armements en cours entre les États-Unis et l'URSS. Reagan et Gorbatchev ont fixé une réunion à Genève pour le 19 novembre 1985.

Le coup du manteau

De nombreux observateurs américains considéraient Gorbatchev comme un dirigeant soviétique plus modéré, libéral et apte au compromis que ses prédécesseurs. Ils aimaient la façon dont il s’habillait et aimaient aussi sa charmante épouse Raïssa, qui était également la plus proche conseillère de Gorbatchev, bien que de façon officieuse. D'autres pensaient que Washington ne devait pas tomber dans le piège de ce qui aurait pu être une fausse impression.

Nancy Reagan (à gauche) et Raïssa Gorbatcheva (à droite) à Genève, Suisse, le 20 novembre 1985

Ronald Reagan, initialement sceptique sur les intentions de son homologue, est venu à Genève d’humeur combattive et était également accompagné de sa femme Nancy. Dirigeant plus âgé - le président américain avait 74 ans au moment de la réunion - Reagan s’est rendu à Genève pour convaincre le jeune dirigeant soviétique d’une chose : si les États-Unis ne bénéficiaient pas de la course aux armements, son pays gagnerait inévitablement si elle continuait, a raconté Jack Matlock, l'ancien conseiller de Reagan, qui deviendrait plus tard l'ambassadeur des États-Unis à Moscou.

>>> Cinq femmes ayant réussi à s’imposer dans le jeu politique en URSS

La délégation soviétique est arrivée à Genève le 18 novembre 1985. Le lendemain, Gorbatchev et Reagan se sont rencontrés en personne pour la première fois.

Reagan attendait Gorbatchev lorsque ce dernier est arrivé en voiture. Par un matin glacial, Gorbatchev portait un chaud manteau et un chapeau. Quand Reagan l'a vu, il a rapidement enlevé son propre manteau et s'est précipité, vêtu d'un élégant costume, à la rencontre de son homologue soviétique.

Le président américain Ronald Reagan accueille le dirigeant russe Mikhaïl Gorbatchev à la villa Fleur d'Eau à Genève

« Dans les nombreuses photos publiées, le président américain avait l'air énergique, jeune et fort physiquement comparé à Gorbatchev habillé chaudement. La différence d’âge ne s'est pas du tout ressentie. […] L'instinct d’homme public de Reagan s'est déclenché. Gorbatchev a rapidement pris cela en compte et lorsque l'Américain est arrivé [plus tard] à notre résidence, il l'a également rencontré en costume », a écrit Anatoly Dobrynine, qui était l'ambassadeur soviétique à la États-Unis au moment de la réunion.

Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan

Le dinosaure et le bolchevik

Étonnamment, la réunion n'a pas été un franc succès. Gorbatchev se méfiait des plans de Reagan visant à anéantir l'effet de dissuasion de la destruction assurée en lançant l'Initiative de défense stratégique et a averti le leader américain d'une potentielle course aux armements dans l'espace.

Le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain Ronald Reagan au sommet de Genève 1985

Reagan a insisté sur le fait que l'initiative IDS ne devrait pas être considérée comme une arme spatiale, mais simplement comme une technologie défensive. Gorbatchev ne faisait pas non plus confiance à la promesse de Reagan de partager cette technologie avec l'Union soviétique une fois qu'elle serait développée.

>>> Les quatre Américains les plus appréciés en URSS

À la fin de la journée, Gorbatchev aurait qualifié Reagan de « conservateur » et de « dinosaure », tandis que le président américain qualifiait le dirigeant soviétique de « tête dure de bolchevik ».

Bien que le premier jour des négociations se soit terminé dans une impasse, les observateurs ont remarqué quelque chose qu’ils n’avaient pas observé dans les relations USA-URSS depuis longtemps : la chimie personnelle entre les deux dirigeants était clairement visible.

« La chimie personnelle était évidente »

« La chimie personnelle était évidente. Une attitude décontractée les uns envers les autres, les sourires, le sens du but, tout transparaissait », a écrit le secrétaire d'État de Reagan, George P. Shultz.

En effet, Reagan et Gorbatchev ont poursuivi les négociations et sont finalement parvenus à un accord commun sur le fait que les deux parties devraient œuvrer pour mettre fin à la course aux armements. Les dirigeants américain et soviétique ont publié une déclaration commune qui a servi de base à ce qui allait bientôt devenir la fin de la guerre froide et de l'ordre mondial bipolaire.

Le message clé de la déclaration conjointe était le suivant : « Les parties, après avoir discuté des questions de sécurité clés et conscientes de la responsabilité particulière de l'URSS et des États-Unis dans le maintien de la paix, ont convenu qu'une guerre nucléaire ne pouvait pas être gagnée et ne devait jamais être menée. Reconnaissant que tout conflit entre l'URSS et les États-Unis pourrait avoir des conséquences catastrophiques, ils ont souligné l'importance de prévenir toute guerre entre eux, qu'elle soit nucléaire ou conventionnelle. Ils ne chercheront pas à atteindre la supériorité militaire ».

Dans cette publication, découvrez les déclarations les plus osées d'Henry Kissinger sur le passé et le présent de la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies