Comment en 1995 une guerre nucléaire a-t-elle failli éclater entre la Russie et les États-Unis?

Getty Images; Russia Beyond
L'incident avec la fusée-sonde norvégienne reste le seul cas dans l'histoire où le président russe a activé sa valise nucléaire.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le 25 janvier 1995 aurait pu être le jour du Jugement dernier dans le monde : la Fédération de Russie s’est préparée à lancer une frappe nucléaire contre les États-Unis. Comment se fait-il que ces pays, qui avaient quitté la confrontation de la guerre froide et venaient de normaliser leurs relations, se sont retrouvés au bord de la destruction mutuelle ?

Un début de guerre ?

Lancement de Black Brant XII (date inconnue) et aurore boréale en Norvège

La cause de la crise a été une fusée-sonde (une fusée permettant d’effectuer des expériences et des mesures dans la haute atmosphère) norvégienne ordinaire. Son lancement depuis la petite île d'Andøya à 7 heures du matin, heure locale (10 heures à Moscou), en direction de l’île de Spitzberg a suscité la panique en Russie.

Dotée d'un équipement scientifique pour l'étude des aurores boréales, la fusée Black Brant XII était de taille similaire au missile balistique américain Trident D5, conçu pour être lancé à partir de sous-marins. En outre, elle a suivi une trajectoire qui, selon le ministère russe de la Défense, aurait été celle des missiles américains en cas de guerre nucléaire.

En décembre 1994, la Norvège avait informé 28 États, dont la Russie, du lancement prévu, mais n'avait pas donné de date précise, se limitant à la période du 15 janvier au 10 février de l'année suivante. En raison de retards bureaucratiques, cette information n'est toutefois pas parvenue au système russe d'alerte des attaques de missiles, ce qui a donné lieu à ce tumulte.

Lire aussi : Comment un pilote américain a failli déclencher une guerre nucléaire avec l'URSS

Minutes décisives

Lieutenant senior Andreï Boussine au poste de commandement de la brigade de défense aérienne du district militaire de Transbaïkalie

Une réunion d'urgence avec les plus hauts dirigeants politiques et militaires du pays a par conséquent été convoquée au Kremlin. Le ministre de la Défense Pavel Gratchev, le chef d'état-major général Pavel Kolesnikov et le président de la Fédération de Russie (en tant que commandant en chef suprême) Boris Eltsine ont dans ce cadre activé les trois terminaux de contrôle des forces de missiles stratégiques – ceux que l’on appelle communément « valises nucléaires ».

Les militaires pensaient que ce projectile unique avait pu être lancé pour créer une impulsion électromagnétique qui désactiverait les radars et les systèmes de communication russes. Suite à cela, l’on pouvait s'attendre à une frappe massive.

Pendant plusieurs minutes tendues, alors que les dirigeants observaient son vol, la question d’une frappe nucléaire contre les États-Unis a été traitée. « On sait peu de choses aujourd'hui sur ce qu’Eltsine a dit à l'époque, même si cela a pu être l'un des moments les plus dangereux de l'histoire de l'ère nucléaire, a écrit le journaliste du Washington Post David Hoffman trois ans après l'incident. Il montre clairement que le système d'alerte nucléaire de la guerre froide est toujours en place et combien ses conséquences pourraient être désastreuses, même si la querelle entre les grandes puissances est terminée ».

Boris Eltsine (à gauche) et Pavel Gratchev

La situation n'a été désamorcée que lorsqu'il est apparu évident que la fusée s'était dirigée vers le Spitzberg (non loin duquel elle est ensuite tombée dans l'océan). Les valises nucléaires ont alors été désactivées.

L'incident avec les forces nucléaires stratégiques russes en alerte a rapidement été connu de la communauté internationale, ce qui a semé la confusion parmi les dirigeants militaires américains. Lorsque, quatre ans plus tard, les Norvégiens ont organisé un nouveau lancement de Black Brant XII et l'ont signalé au ministère russe des Affaires étrangères, les Américains ont eux-mêmes averti tous les principaux organismes militaires russes par leurs propres canaux. Ainsi, cette fois-ci, il n'y a pas eu de mauvaises surprises.

Dans cet autre article, nous vous racontons comment la Chine et l'URSS ont failli se livrer une guerre nucléaire.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies