En images: comment l'aviation est devenue un outil de propagande efficace en URSS

Domaine public
L'escadron spécial d'agitation combinée nommé en l'honneur de Maxime Gorki pouvait se targuer de posséder non seulement le plus gros avion au monde, mais aussi un aéronef qui ressemblait à un crocodile.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En Union soviétique, la propagande a toujours eu un rôle clé. Cependant, comme il n'y avait pas encore de télévision et que la radiodiffusion n'en était qu'à ses débuts dans les premières années de l'existence de l'État, les discours de Lénine et la propagande du Parti communiste étaient portés par des trains et des bateaux à vapeur dits « d'agitation ». Au début des années 30, l'aviation les a rejoints.

En 1932, les employés du magazine Ogoniok ont commencé une collecte de fonds pour la création de l'escadron spécial d'agitation combinée nommé en l'honneur de Maxime Gorki (l'écrivain célébrait en effet ses 40 ans de carrière).

La mission de l'escadron d'agitation était d'apporter la propagande soviétique aux endroits les plus éloignés et les plus inaccessibles de l'immense pays. Les membres de cette unité apportaient et montraient des films de propagande à la population, diffusaient des programmes radios et distribuaient de la littérature autorisée. Les passagers étaient des héros et des bourreaux de travail (que l'on appelait « stakhanovistes »), des professeurs et des fonctionnaires, qui faisaient des présentations et des conférences devant les ouvriers et paysans rassemblés autour des avions.

Un dirigeable et plus de 30 avions de l'escadron d'agitation ont pris leur envol dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale. Nombre de ces appareils ont été construits grâce aux fonds collectés par des journaux et des magazines qui sont eux-mêmes devenus militants : Kolkhoznik Vostotchnoï Sibiri (Le kolkhozien de Sibérie orientale), KomsomolskaïaPravda (Vérité du Komsomol), Krasnaïa Zvezda (Étoile rouge) et tant d'autres.

>>> Les cinq meilleurs avions soviétiques de la Seconde Guerre mondiale

Pour la construction de son avion, la rédaction du magazine satirique Crocodile a publié un numéro spécial en 1935. Les ouvriers des imprimeries ont travaillé sans salaire, et les auteurs et dessinateurs ont refusé leurs honoraires. L'extérieur de l'avion Tupolev ANT-9 qui en résulta a même été décoré et peint pour ressembler à un crocodile.

La majorité de l'escadron d'agitation était composée de légers biplans UT-2. Cependant, le vaisseau amiral de cette flotte de petits avions était un véritable géant, le Tupolev ANT-20 « Maxime Gorki », à l'époque le plus grand avion à train d'atterrissage terrestre au monde.

D'une longueur de 33 mètres et d'une envergure de 63 mètres, cet avion disposait d'un haut-parleur puissant, d'un laboratoire photo et d'une imprimerie qui pouvait produire jusqu'à 10 000 tracts en une heure grâce à une centrale électrique spéciale. On pensait alors qu'en tournant des films en plein vol, le « Maxime Gorki » pourrait les projeter directement sur les nuages, ainsi que des slogans sur l'écran de fumée créé de la sorte. Toutefois, cette dernière idée n'a jamais été mise en œuvre.

Le vaisseau amiral, véritable « palais » volant, pouvait aisément accueillir jusqu'à 48 passagers. Ces derniers bénéficiaient de fauteuils spacieux, de tapis, de tables avec des lampes, et de rideaux aux hublots. Après s'être détendus dans leurs cabines, les invités pouvaient se rendre au buffet électrique proposant des collations chaudes ou froides, puis aller à la bibliothèque.

Malheureusement, la vie prometteuse du « Maxime Gorki » s'est abruptement terminée seulement un an après le début de son exploitation. Lors d'un vol de démonstration au-dessus de Moscou, le 18 mai 1935, un avion de chasse Polikarpov I-5 effectuant des voltiges aériennes à proximité a percuté ce géant des cieux. 11 membres de l'équipage et 38 passagers, notamment des employés de l'usine où le Tupolev ANT-20 avait été construit, ainsi que des membres de leurs familles, ont perdu la vie dans cette catastrophe.

Au total, dans les années 30, l'escadron spécial d'agitation combinée « Maxime Gorki » a volé sur plus de 55 millions de kilomètres au-dessus de l'Union soviétique, a organisé plus de 3 000 rassemblements, a participé à 5 000 présentations et conférences, et a touché plus de 10 millions de personnes par le biais de diverses activités. Après la guerre, avec le développement rapide de la radio et de la télévision, le besoin d'une aviation de propagande a disparu, et l'escadron n'a plus parcouru les cieux de l’URSS.

Dans cet autre article, nous vous présentons en images l’actuel plus gros avion du monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies