Né sans membres, cet aristocrate russe a fait sensation dans le monde entier (vidéos)

Archives
Nikolaï Kobelkoff est né sans bras ni jambes, mais il est devenu une star internationale au début du XXe siècle.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nikolaï Kobelkoff est né en 1851 sans aucun membre, probablement en raison du syndrome des anneaux de constriction, une maladie congénitale de cause inconnue. Mais ce 14e enfant d’une famille riche dont le père était gouverneur de Voznessensk, ville située dans les montagnes de l’Oural, était étonnamment vigoureux : bien qu’il ne puisse utiliser qu’un moignon à la place du bras droit, il a appris à s’habiller et à manger seul.

Dans les années 1880, le fabricant de prothèses James Gillingham a vu Kobelkoff en personne en Europe et l'a décrit. Parmi ses observations, il a noté que Kobelkoff avait « des rudiments de jambes - une cuisse de six pouces de long, l'autre d'environ deux pouces de plus -, mais pour le bras droit, il a simplement un monticule conique et un os arrondi en guise de bras gauche ».

Nikolaï était débrouillard dès son plus jeune âge. Il a appris à écrire en tenant un stylo entre son moignon et sa tête et, à 18 ans, il travaillait comme commis. « Il s'assoit à une table, pose un stylo entre la joue et le bras et écrit d'une main claire, claire et commerciale. Et avec la même combinaison de joue et d'épaule, il réalise la plupart des autres tâches, la plus difficile en apparence étant de se nourrir », a témoigné Gillingham plus tard.

>>> De prisonniers des camps nazis à champions olympiques: l’incroyable exploit de sportifs soviétiques

Sans une attitude et une vision de la vie extrêmement positives, il n’aurait guère pu réaliser une carrière aussi étonnante que la sienne. En plus de ne pas avoir de membres, il était doté d'une force corporelle immense, ce qui lui permettait de se lever sans aide supplémentaire, de marcher et même de soulever des poids ! Son caractère joyeux et ses manières aristocratiques impeccables contribuaient également à rendre Nikolaï très attrayant.

En 1870, un entrepreneur lui a proposé de réaliser une tournée à Saint-Pétersbourg. Il a décrit ses actions simples, mais toujours fascinantes.

« Pour enfiler une aiguille, il la prend dans sa bouche et la plante dans sa veste, puis prend le fil dans sa bouche et le fait passer à travers le trou de l’aiguille. Le plus étrange est de le voir charger un pistolet, viser avec une bougie allumée et éteindre la flamme ».

>>> Fort comme un Russe: des exercices simples pour être en forme d'ici l'été

Nikolaï Kobelkoff et sa femme Anna

Lors d’une visite à Vienne, Nikolaï a rencontré Anna Wilfert, membre de la famille des propriétaires d’un terrain situé dans le parc du Prater, à Vienne, où Nikolaï s’était produit. Après l'avoir épousé en 1876, Anna le rejoint comme assistante dans ses représentations. Anna est devenue la mère de leurs 11 enfants, dont beaucoup sont nés en tournée. Six d’entre eux ont survécu et ne souffraient d’aucun handicap.

La famille Kobelkoff dans son pavillon dans le parc du Prater

Dans les années 1880, Kobelkoff, qui présentait souvent ses spectacles sous le surnom de « Rumpfmensch » (« Tronc humain »), a développé son numéro : le clou était une scène où il sortait d'une cage avec un lion. Il a effectué une tournée en Europe et en 1882 aux États-Unis. Lors de ses tournées, il ne perdait pas de temps : il maîtrisait l’italien, l’anglais, le hongrois et le tchèque, ainsi que le français et l’allemand qu’il connaissait déjà. Il a présenté ses spectacles devant plusieurs monarques, dont le tsar Alexandre III, le Kaiser Wilhelm II, la reine Wilhelmine des Pays-Bas et le prince héritier Rodolphe d'Autriche.

Nikolaï Kobelkoff et son fils dans une cage à lion

En 1901, Kobelkoff avait économisé assez d'argent pour acheter à la famille de son épouse un terrain dans le parc du Prater de Vienne. Nikolaï a commandé la construction d'un vélodrome et d'une pente sur le site et gagnait de l'argent grâce à ces manèges, mais il a continué ses tournées.

La famille Kobelkoff

Ses enfants, un à un, sont devenus assez âgés pour le rejoindre lors de ses voyages. En 1912, sa femme Anna est décédée des suites d'un accident vasculaire cérébral. À partir de ce moment, Nikolaï a cessé ses tournées et s'est retiré à Vienne, où il a vécu en compagnie de ses enfants et petits-enfants et a continué à gérer l'entreprise.

>>> Comment les vieux croyants et les Britanniques ont amené le football en Russie

Il est mort en 1933 à l'âge de 81 ans et a été inhumé au cimetière central de Vienne. Les revenus des manèges du parc du Prater sont revenus à ses descendants jusqu'aux années 1970.

La tombe de la famille Kobelkoff au cimetière central de Vienne

Dans cet autre article, nous vous dressons le portrait des cinq sportifs les plus célèbres de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies