Pourquoi les nazis n'ont pu déchiffrer aucun message soviétique crypté pendant la guerre?

Getty Images
Les cryptographes de l'Union soviétique étaient pendant la guerre l'une des unités de combat les plus cruciales sur le front, à tel point que les nazis ont lancé une véritable chasse à leur encontre.

« Quiconque capturera un cryptographe russe ou saisira de l'équipement de cryptage russe se verra attribuer la Croix de fer, partira pour son pays natal, travaillera à Berlin, et après la fin de la guerre recevra une résidence en Crimée » : tel est l’un des ordres qu’a émis Adolf Hitler en août 1942. Cependant, il n'a jamais été exécuté.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les déchiffreurs nazis n'ont pas réussi à lire aucun message soviétique intercepté et traité par des machines à déchiffrer. Un tel système de chiffrement ne pouvait être vulnérable que dans un cas : en présence de l'équipement lui-même et de ses clés. Cependant, les cryptographes russes se sont comportés comme de véritables héros, et les clés de chiffrement sont restées intactes grâce à leur courage désintéressé.

Le spécialiste de la cryptographie Dmitri Larine, dans un article intitulé Protection des informations des partisans soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale, a déclaré que « selon les instructions, les cryptographes soviétiques assuraient toujours une protection fiable. En outre, ils avaient toujours devant eux un jerricane avec de l’essence et tenaient en main une grenade, pour détruire les documents, le matériel et eux-mêmes en cas d’arrivée de l’ennemi ».

Chasse aux cryptographes soviétiques

Une véritable chasse aux chiffreurs soviétiques a été déclarée pour mettre la main sur leur équipement et leurs codes. En conséquence, beaucoup d'entre eux sont morts. L'historien russe Viktor Anfilov a écrit que « les cryptographes de l'ambassade de l'URSS en Allemagne ont été les premiers à recevoir un coup dur quand, le 22 juin 1941, ils ont réussi à détruire rapidement par le feu les éléments le plus important : leurs codes ».

>>> Pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker?

Le même jour, les SS ont lancé un assaut contre le bâtiment de la mission soviétique à Berlin. Le chiffreur du représentant du commerce soviétique, Nikolaï Logatchev, s'est barricadé dans l'une des pièces et a brûlé tous les codes, perdant ainsi connaissance en raison de l'épaisse fumée. Les nazis ont brisé la porte, mais il était trop tard - tous les codes avaient été détruits. « Logatchev a été capturé, et a ensuite été échangé contre des employés de missions diplomatiques allemandes à Moscou ».

Elena Stempkovskaïa

Les cryptographes ont fait preuve d’un héroïsme hors du commun en protégeant leurs codes. L'histoire tragique de la mort de l’opératrice radio Elena Stempkovskaïa a été publiée dans le journal de l'Armée rouge : « Des mitrailleurs allemands ont atteint le poste de commandement du bataillon. Ils ont remarqué un opératrice radio, se sont précipités vers elle. Elena a pris sa carabine... et a tué deux Allemands. Mais les nazis se sont précipités vers Stempkovskaïa et se sont emparés d’elle. Ils l’ont torturée la toute la nuit, mais Elena est restée obstinément silencieuse. Les Allemands l’ont conduite dans la rue, l’ont malmenée, puis lui ont coupé les mains ».

Le mystère des codes russes

Pour chaque message, un code distinct qui n’était jamais répété était mis au point. En l'absence de système de cryptographie unique, les ennemis n'ont presque jamais réussi à déchiffrer les messages de la première ligne de l'URSS.

Pendant les années de guerre, les machines à crypter était soumises à une pression énorme pour la transmission de télégrammes secrets : jusqu'à 60 télégrammes étaient reçus quotidiennement au quartier général de l'armée et jusqu'à 400 télégrammes par jour étaient considérés comme normaux au siège central.

Sur le front, les machines à crypter et des téléphones secrets étaient utilisés. Le dispositif cryptographique le plus fiable, utilisé pour chiffrer les messages d’importance particulière, était une machine de chiffrement portant le nom de code M-101 Izoumroud (« emeraude » en russe), créée en 1942.

>>> Comment l'Armée rouge a libéré l'Europe durant la Seconde Guerre mondiale

De plus, des équipements Sobol-P (« zibeline » en russe) étaient utilisés sur le front. Selon l'historien Dmitri Larine, cet appareil, le plus sophistiqué pour sécuriser les informations, n'avait pas d'analogue au monde. Les premiers appareils ont été immédiatement envoyés à Stalingrad. Sobol-P permettait la communication via un canal radio plutôt que par des lignes téléphoniques facilement détruites et interceptées par les forces ennemies. Il était extrêmement difficile de déchiffrer un système de chiffrement de la parole destiné à des communications radio fermées.

Les célèbres commandants de la Seconde Guerre mondiale ont écrit dans leurs mémoires que sans cryptographes, l’issue des batailles aurait été beaucoup plus incertaine.

Gueorgui Joukov, le « maréchal de la Victoire » soviétique, a écrit que le bon travail des cryptographes l'avait aidé à remporter plus d'une bataille, tandis que le maréchal Ivan Konev, qui a libéré l'Ukraine, la Moldavie, la Roumanie, la Pologne, la Tchécoslovaquie, et a participé aux opérations à Berlin et à Prague, a souligné dans des mémoires que la liaison militaire l’avait aidé à maintes reprises : « Nous devons rendre hommage à notre technologie et à nos agents de liaison qui fournissent spécifiquement cette transmission et, dans n’importe quelle situation, talonnaient littéralement ceux qui ont besoin de cette connexion lors de leurs déplacements ».

Dans cette publication nous racontons comment un char a arrêté toute une division nazie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies