L'opération soviétique Bagration, pire défaite jamais subie par l’Allemagne

Boris Yaroslavtsev/Sputnik
L'opération Bagration constituait une revanche soviétique à la débâcle de l’année 1941. Elle a coûté au Troisième Reich la vie de près d'un demi-million de soldats. L’ensemble du Groupe d’armées Centre a alors été détruit.

À l'été 1944, les troupes soviétiques étaient prêtes à entamer la libération de la Biélorussie occupée par les nazis. Le commandement de l'Armée rouge avait hâte de se venger de la défaite désastreuse qu'il avait subie en 1941. Le moment était venu de lancer la « Blitzkrieg soviétique ». L'offensive était prévue pour le 23 juin, presque le jour où l’opération Barbarossa avait commencé trois ans auparavant.

Cette offensive massive portait le nom de Bagration, du nom du commandant militaire russe lors de la guerre de 1812 contre Napoléon, le prince Piotr Bagration, blessé à mort durant la bataille de Borodino.

Au début de l'opération, le 23 juin 1944, 1,2 million de soldats étaient déployés contre 800 000 Allemands. Malgré leur supériorité numérique, les Soviétiques avaient une tâche difficile à accomplir : percer les positions défensives soigneusement préparées de l'ennemi.

À l’apogée de l’opération Bagration, plus de quatre millions de soldats, 62 000 canons d'artillerie, 7 500 chars et canons automoteurs et plus de 7 100 aéronefs des deux camps étaient impliqués dans la bataille.

Grâce à des frappes bien coordonnées des troupes au sol et de l'aviation, les Soviétiques ont simultanément percé les défenses de l'ennemi en six points le long de la ligne de front. Les armées allemandes près de Vitebsk et Bobrouisk, Orcha et Moguilev ont subi de lourdes défaites. Les forces principales du Groupe d’armées Centre ont été encerclées dans la capitale biélorusse, Minsk, où elles ont été anéanties.

Les partisans ont apporté une aide importante à l'avancée des troupes soviétiques. Le 3 août 1943, ils ont lancé l'Opération guerre ferroviaire visant à détruire les infrastructures ferroviaires ennemies à l'arrière. En conséquence, 215 000 lignes de chemin de fer et des dizaines de ponts ont été détruits, plus de 1 000 trains ont déraillé et les transports et le trafic allemands sur le Front de l’Est ont chuté de 40%.

Pour fermer la brèche géante provoquée par l'offensive soviétique, le commandement militaire allemand a été contraint d'envoyer des réserves d'autres parties du front oriental, ce qui a permis au commandement soviétique de lancer une offensive en Ukraine et dans les pays baltes. Les nazis ont également redéployé leurs armées du front occidental en Biélorussie, ce qui a donné aux alliés une plus grande marge de manœuvre.

Quand l’opération Bagration s’est terminée fin août 1944, 17 divisions allemandes avaient été complètement détruites et 50 divisions avaient perdu plus de la moitié de leurs effectifs. Pendant plus de deux mois d'offensive, les troupes soviétiques ont parcouru plus de 350 km, libérant d'immenses régions de Biélorussie, de Lettonie, de Lituanie et de Pologne. Les Soviétiques se sont rapprochés de Varsovie, et ont ouvert la route vers Königsberg et le cœur du Troisième Reich.

Constatant l'avancée rapide de l'Union soviétique lors de l’opération Bagration, le gouvernement polonais en exil a organisé le 1er août à Varsovie un important soulèvement visant à placer la ville sous son contrôle. Les Polonais attendaient l’aide de l’Armée rouge, mais ne l’ont pas obtenue. Seules des unités distinctes de la Première armée polonaise (rattachée aux forces soviétiques) ont tenté d'entrer dans la ville, mais se sont repliées avec de lourdes pertes. La décision de Staline de ne pas aider les Polonais a peut-être été provoquée par son souhait que les troupes soviétiques libèrent la ville et garantissent la mise en place d’un gouvernement communiste prosoviétique. Cela pourrait également s'expliquer par le fait que l'Armée rouge était tout simplement épuisée après la longue offensive. La décision reste controversée à ce jour.

Les pertes allemandes de 400 000 à 500 000 hommes lors de l’opération Bagration en font la pire défaite militaire de l'histoire allemande. L'Armée rouge a perdu 180 000 soldats. Malgré son importance, l’offensive estivale de l’Armée rouge en 1944 n’a cependant pas marqué un tournant dans la Seconde Guerre mondiale. Le Troisième Reich était déjà condamné, ce qui était devenu évident un an plus tôt, après la bataille de Koursk

Dans cette publication nous racontons comment un char a arrêté toute une division nazie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies