Les trésors perdus de Fabergé sont-ils cachés quelque part en Russie?

Reuters
La maison Fabergé est renommée pour les fabuleux œufs de Pâques qu'elle a créés pour la famille royale russe. Au moment de la révolution russe, elle était devenue l'une des plus grandes entreprises de bijouterie au monde, avec un énorme chiffre d'affaires et un grand nombre de trésors accumulés. Mais dans la tourmente révolutionnaire de l'époque, l'entreprise a perdu la trace de la plupart de ses magnifiques objets de valeur. Est-il possible qu'ils se trouvent en Russie?

Carl Fabergé, un Russe aux racines allemandes, a commencé à approvisionner la famille royale russe en bijoux dans les années 1880. En 1917, son entreprise était cotée 7,5 millions roubles d'or (120 millions d'euros), une somme énorme pour l'époque.

La majeure partie du stock de bijoux inestimables de l'entreprise était conservée dans une voûte spéciale appelée « la chambre d'or Fabergé », située au siège de la compagnie à Petrograd (comme Saint-Pétersbourg était alors appelé). Des bijoux et objets de valeur appartenant à des clients de Fabergé étaient également conservés dans la salle blindée et électrifiée. Pour plus de sécurité, la voûte a été construite dans une sorte d'ascenseur qui lui permettait d'être déplacée entre les deuxième et troisième étages des bureaux pendant la nuit.

Cacher les bijoux des bolcheviks

Quand les bolcheviks ont pris le pouvoir, ils ont nationalisé le secteur des bijoux en Russie. Carl Fabergé n'avait pas sa place dans le nouvel ordre soviétique et a émigré, s’installant en Suisse. Cependant, la plupart des trésors qui ont été conservés dans la chambre d'or sont restés en Russie, car il était impossible de les faire sortir du pays.

Lire aussi : Cinq mystères entourant les bijoux des tsars russes

Avant de quitter la Russie, quelques mois après la Révolution bolchevique, Fabergé offrit son QG aux Suisses pour qu’ils y installent leur mission diplomatique, conférant à l'édifice l'immunité diplomatique qui garantissait la sécurité des bijoux stockés.

« Par l'un de ses premiers décrets, Lénine a statué que la propriété des missions diplomatiques était en sécurité. Et tant que la mission était située dans la maison il n'y eut pas de recherches », dit Viktor Skourlov, un expert en art et consultant auprès des commissaires-priseurs de Christie's.

Cependant, plus tard, après que la protection diplomatique du bâtiment eut été levée, les autorités bolcheviques ont fouillé le bâtiment à quatre reprises. « Au cours de ces recherches, ils ont trouvé 1500 boîtes cachées dans les murs, dont seulement 200 étaient de Fabergé. Le reste était la propriété de la Suisse - principalement des montres », a ajouté Skourlov, dans une interview. Les biens trouvés par les autorités ont été nationalisés.

Il est clair que tous les trésors Fabergé n'étaient pas contenus dans ces 200 boîtes. On croit que pour plus de sécurité et pour garder les bijoux loin des mains des bolcheviques, une partie des trésors ont été transférés à l'ambassade norvégienne. Mais la nuit même où les bijoux ont été déplacés, l'ambassade norvégienne a été pillée et des personnes inconnues les ont volés.

Lire aussi : Fabergé... et les autres: ces joailliers qui fournissaient les tsars

Liste codée

De nombreux articles Fabergé ont fait chemin vers l'Ouest, certains ayant été emmenés en contrebande hors du pays par un employé de Fabergé. Cependant, selon Skourlov, beaucoup sont restés en Russie, car tous les bijoux n’étaient pas stockés dans la chambre d'or. À la fin des années 1920, il y avait encore beaucoup de trésors de Fabergé dissimulés en Russie.

« En 1930, Evgueni Fabergé [fils de Carl qui a également émigré] a fait une liste de ces lieux. J'ai calculé que dans le cas de 15 d'entre eux il y avait des notes : +Reçu+ ou +Reste en Finlande+. D'autres étaient marqués : +Inconnu+ ou +Pillé par les bolcheviks+ », a déclaré Skourlov. Il est estimé que rien qu’à Petrograd, il y avait 30 des endroits mentionnés. La tâche consistant à les trouver a été compliquée non seulement par le passage du temps, mais aussi par le fait que la liste était codée.

Chasse au trésor

Parfois, les trésors Fabergé surgissent par eux-mêmes. C'était le cas en 1990 lorsque des ouvriers qui démolissaient un vieux bâtiment dans le centre de Moscou ont trouvé une cachette sous l'une de ses fenêtres. À l'intérieur de deux boîtes en étain, il y avait 20 bijoux en or incrustés de diamants. Tous portaient les sigles de Fabergé. Leur valeur approximative était de 360 000 roubles soviétiques ou de 600 000 dollars au taux de change officiel de l'époque.

Lire aussi : Breguet: l’exactitude est la politesse des montres

Il y a quelques années, un œuf de Pâques Fabergé fait pour les Romanov a été découvert dans le Midwest américain, où un acheteur chanceux l'a acheté pour une fraction de sa valeur réelle à un marché aux puces.

Cependant, de nombreux articles Fabergé manquent toujours à l’appel. Par exemple, sur 54 oeufs de Pâques, le sort de 48 seulement est connu. Six ont disparu. Leur valeur estimée est bien supérieure à 100 millions de dollars.

Ainsi, il est possible que certains trésors Fabergé puissent encore être cachés quelque part en Russie, étant donné que personne ne sait avec certitude combien de cachettes Fabergé dans la liste codée ont effectivement été trouvées.

La maison Fabergé est célèbre à travers le monde entier pour ses œufs délicats et raffinés. Néanmoins, elle est à l’origine de bien d’autres trésors, exposés de nos jours au Musée Fabergé de Saint-Pétersbourg, que Russia Beyond s’apprête à vous présenter ici, aux côtés de quelques-uns de ces surprenants œufs de Pâques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.