Scoptes: l'histoire d'une secte russe autodestructrice

Wikipedia
Dans la Russie moderne, on ne trouve plus de Scoptes. Mais au XIXe siècle, selon certaines sources, le nombre de partisans de cette secte sinistre a atteint le million.

« Du péché je ne suis pas le père ; accepte ma croyance, et je te reconnaîtrai comme mon fils » : aurait selon la légende déclaré à l'empereur russe Paul Ier le fondateur de la secte mystique des Scoptes, l'agriculteur Kondrati Selivanov. Le tsar ne fut pas impressionné par la doctrine de Selivanov et l'a envoyé dans un monastère en le considérant comme fou. Cependant, à cette époque, la doctrine de la castration comme salut contre le péché s'était déjà répandue à travers la Russie et Selivanov comptait de nombreux adeptes.

Le mot « skoptsy » vient du terme obsolète « oskopit », qui signifie « castrer ». Les sectaires eux-mêmes ne s'appelaient pas ainsi, préférant les épithètes romantiques « Agneaux de Dieu » et « Colombes blanches ». Dans leurs meilleures années, les communautés de colombes prospéraient parmi les paysans analphabètes et dans les maisons de commerce de Saint-Pétersbourg.

Lire aussi : À qui les anciens Slaves vouaient-ils un culte avant l’arrivée du christianisme?

Origines du mouvement

L'autocastration rituelle était auparavant rencontrée chez les chrétiens zélés. Le plus important dogme de la foi des Scoptes, qui poussa à la castration le philosophe ancien Origène, était un passage de l'Evangile de Matthieu : « Il y a des eunuques qui ont été faits eunuques par les hommes ; et il y a des eunuques qui se sont fait eunuques pour le Royaume des Cieux ». Les adeptes ont plus tard interprété en leur faveur certains passages innocents de la Bible. Par exemple, celui où Jésus lave les pieds de ses disciples signifiait selon eux qu'il les aurait castrés.

On peut dire que les Scoptes étaient une petite poupée dans la grande matriochka russe du sectarisme. Le mouvement s’était séparé d'autres sectes - les « Khlysts » (« flagellants », une secte « populaire » avec une austérité stricte et un culte basé sur une danse extatique), qui à son tour a été formé à partir des Vieux-croyants (les Vieux-croyants ne diffèrent pratiquement pas de l'orthodoxie, mais au XVIIe siècle ils n'ont pas accepté la réforme de l'église et se sont séparés de l'Église orthodoxe officielle). Les Scoptes ont préservé les vues des Khlysts, mais sont allés encore plus loin. Ils pratiquaient le « baptême du feu » - la castration pour les hommes et l’ablation des seins pour les femmes.

Lire aussi : Secrets et rites de l’ancienne orthodoxie

La raison de la formation aussi active de sectes en Russie à cette époque réside, selon l'historien et chercheur sur les sectes Sergueï Tsoï, dans le fait que l'Eglise orthodoxe officielle commençait à être perçue par un trop grand nombre de personnes comme une structure décadente et bureaucratique. Et les déçus sont allés chercher la foi dans les sectes.

Naissance et apogée de la secte

Les « pères » de la secte sont trois paysans de la province d'Orel (360 km de Moscou), eux-mêmes castrés, et trente autres personnes. Ils croyaient que, s'étant protégés du péché de la luxure, ils vivraient pour toujours. Kondraty Selivanov, l'un de ceux qui avaient été castrés, déclara bientôt être le Christ. Les sectaires ont été exilés en 1772 en Sibérie, mais cela fit en réalité le jeu du martyr autoproclamé. Vingt ans plus tard, Selivanov est revenu à Saint-Pétersbourg comme un mystique reconnu qui a converti des dizaines de paysans à sa foi.

Lire aussi : Bouddha revit en Kalmoukie

Selivanov n'entra pas en politique et, avec ses services divins, devint populaire dans la bohème de la capitale - le mysticisme était alors en vogue. Le fonctionnaire Loubianovski a rappelé qu'avant la bataille d'Austerlitz, Selivanov avait reçu la visite du tsar Alexandre Ier en personne. Le Scopte a supplié de ne pas lancer la « guerre contre le Français maudit » et prophétisé la défaite.

Vers la fin du XIXe siècle, les eunuques devinrent un phénomène familier en Russie. Dostoïevski évoque ainsi « un Scopte, assis dans un magasin », dans son roman l'Idiot. La secte attirait différentes couches de la société. Pour les marchands et les nobles, c'était une « tendance à la mode », une mystique exotique. L'introduction de motifs scoptes dans le folklore et le caractère « populaire » en général de la secte plaisaient aux paysans. Beaucoup étaient attirés par l'autocastration fournissant l'assurance de la vie éternelle et la perception séculaire du sexe en tant que péché. Les données sur le nombre de Scoptes varient : on nomme des chiffres de six mille, de plusieurs centaines de milliers, et même de près d'un million.

Lire aussi : Lire et comprendre une icône russe 

La fin

« Avant la révolution, les sectes se battaient inefficacement, et fermaient souvent les yeux, analyse Sergueï Tsoï. De plus, au XIXe siècle, le pouvoir contrôlait mal de vastes zones. Les opprimés fuyaient tout simplement en communautés dans le nord ou en Sibérie ». La secte sanglante n'a été vaincue que sous Staline au terme de répressions et d'arrestations.

Aujourd'hui, le mouvement est considéré comme détruit. Certaines sources controversées citent toutefois le chiffre de 400 survivants des Scoptes, mais il n'y a aucune preuve sérieuse de cela. On peut considérer comme des adeptes modernes des Scoptes les « antisexuels ». « Ils sont en Russie autour de 2000, et parmi eux, il y a des ascètes religieux, raconte Mirra, un activiste du mouvement. Et certains d'entre eux saluent l'autocastration ».

Les droits sur ces publications sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.