Sept moustaches qui ont marqué l’histoire russe

Russia Beyond
À travers ces sept figures, voyez comment la moustache russe s'est développée au fil du temps. Vous pourriez même être inspiré!

La pilosité faciale a été un sujet de premier plan à travers l'histoire russe. Pour Ivan le Terrible, un homme sans barbe était un hérétique ; sous Pierre le Grand, un homme barbu était considéré comme un rustre inculte.

La moustache autonome, d'autre part, a pris un certain temps pour se frayer un chemin dans l’apparence des hommes russes et a atteint l’apogée de sa popularité à un moment donné entre le tsar à barbe « complète » Nicolas II et le président rasé de frais Vladimir Poutine.

C'est Movember (action consistant à se laisser pousser la moustache pour attirer l’attention sur les problèmes de santé des hommes, ndlr), alors quel meilleur moment pour se concentrer sur la lèvre supérieure des hommes ?

Lire aussi : Pourquoi les jeunes Russes rêvent de porter la barbe

1. Pierre le Grand (1672-1725)

Assumant le rôle d'icône de mode dans la société russe modernisée, le tsar a passé la majeure partie de sa vie d'adulte en arborant une moustache mince comme un crayon. Pierre admirait les styles européens de gouvernance et de toilette et a fait de son mieux pour débarrasser les classes supérieures de Moscou de leurs barbes, en imposant même une taxe de 100 roubles sur les hommes qui respectaient la tradition consistant à laisser pousser leurs poils au menton. La moustache était présentée comme un compris élégant, « civilisé », allant de pair avec l'interdiction faite par Pierre des cheveux en dessous de l'épaule dans l'armée, visant à créer une force de combat à l’aspect plus respectable. Le nouveau look n’a pas été apprécié par les boyards, les conseillers aristocratiques du tsar, mais Pierre a néanmoins dégagé la voie pour les futurs dirigeants russes amateurs de moustache.

Lire aussi : Ce que Pierre le Grand a ramené d’Europe en Russie

2. Nicolas Ier (1796-1855)

Selon tous les témoignages, le tsar du milieu du XIXe siècle était connu pour son apparence et sa majesté ; l'historien Constantin de Grunwald qualifiait Nicolas d’« homme le plus beau d’Europe, incontestablement ». Pouchkine l'a même comparé à Moïse. Un élément clé du visage de Nicolas était sa petite moustache en guidon soignée. Elle complétait la présence imposante et assurée d'un autocrate qui écrasa le soulèvement polonais de 1830-1831 et refusa d'abolir le servage. Et l’apparence du tsar était au centre de son image – tout à fait métrosexuel !

3. Alexandre II (1818-1881)

On ne sait pas si la pilosité mal entretenue d'Alexandre devrait être considérée comme une barbe ou comme une moustache. Les poils de ce tsar étaient sans doute impressionnants, mais on ne voit pas clairement où est la frontière entre la moustache et les rouflaquettes. Le regard paternel allait de pair avec son front élevé et des yeux bruns doux, donnant à Alexandre un air de vulnérabilité qui convenait à son personnage connu comme le « tsar libérateur » qui a émancipé les serfs. Cependant, les poils du visage trahissaient peut-être trop facilement sa vulnérabilité, comme en témoigne sa mort en 1881, quad il fut tué des mains des terroristes révolutionnaires connus sous le nom de Volonté du peuple.

4. Alexandre Borodine (1833-1887)

Le compositeur du Prince Igor était un homme aux multiples talents - chimiste respecté, vedette musicale, et propriétaire d'une moustache en fer à cheval qui rendrait Hulk Hogan fier. Cependant, le nom de famille de Borodine, qui signifie en russe le barbu, envoie exactement le mauvais signal. En réalité, la moustache de Borodine à elle seule aurait fait sensation même aujourd’hui. Le compositeur a également beaucoup fait pour des œuvres de charité, en fondant une école de médecine pour femmes à Saint-Pétersbourg en 1875.

Lire aussi : Alexandre Borodine : la chimie de la musique

5. Piotr Stolypine (1862-1911)

Bien que cette combinaison barbe-moustache soit techniquement en dehors des règles de Movember, la moustache soigneusement entretenue de Stolypine est peut-être la plus élégante de cette liste. Curieusement, le troisième premier ministre de l'Empire russe affichait une impériale, un style de moustache semblable à un guidon, mais en plus long.

En tant que l'une des figures les plus importantes du règne de Nicolas II, Stolypine a supervisé une série de réformes foncières clés et joua un rôle crucial pour étouffer la révolution 1905, tout en conservant l'apparence d'un hipster de Brooklyn.

6. Maxime Gorky (1868-1936)

Le géant de la littérature soviétique arborait des rouflaquettes en bonne et due forme, rivalisant en volume seulement avec Staline. La couleur de la moustache volumineuse de Gorki était unique également - la journaliste britannique Ella Winter l'a qualifiée de « jaune comme le papier, comme un vieux parchemin ».

Lire aussi : Les looks de la littérature russe

Cependant, les poils du visage de Gorki se démarquaient vraiment sur son apparence mince et fragile, qui s'est progressivement affaiblie durant sa vie postérieure.
Durant ses jeunes années, Gorki pouvait également être vu à avec une moustache arborant une séparation à la James Franco, qu'il accompagnait d’un chapeau melon et d’une dose d'existentialisme. Peut-être que les étudiants en art n'ont pas beaucoup changé, après tout.

7. Joseph Staline (1878-1953)

La pilosité du chef suprême soviétique alternait entre les modèles morse et guidon, avec des moustaches épaisses et touffues qui tombaient sur sa bouche. Après avoir adopté un regard à la James Dean dans sa jeunesse, Staline adopta le style de moustache lancé par Friedrich Nietzsche, qui suggérait un caractère rebelle, et le transforma en symbole de l'autorité paternelle sévère.

On dit que Staline était extrêmement fier de sa moustache, qu'il considérait comme un moyen de se démarquer des figures à barbe abondante du communisme comme Lénine et Marx. Le look était également complété par son costume militaire austère et ses bottes en cuir, contrairement à la tenue civile de Lénine et Trotski. Pour s'assurer que sa caractéristique était bien représentée, Staline aurait même fait fusiller des peintres pour avoir échoué à capturer la pleine splendeur de sa moustache.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.