Un Jour dans l’Histoire: fin de la tragédie du «Nord-Ost»

Global Look Press

Il y a exactement 15 ans, le 26 octobre 2002, s’achevait la prise d’otages du théâtre de Moscou. Le mercredi 23 au soir, 916 spectateurs sont en effet venus au théâtre Doubrovka afin d’assister à la comédie musicale Nord-Ost, mais se sont retrouvés pris en otages par un groupe de 40 terroristes, mené par Mosvar Baraïev.

Ces extrémistes armés, parmi lesquels se trouvaient des femmes kamikazes, ont alors exigé le retrait des troupes russes du territoire tchétchène.

Grâce aux efforts des négociateurs – personnalités politiques et publiques, dont la politicienne Irina Khakamada et la journaliste Anna Politkovaskaïa – les assaillants ont accepté de libérer progressivement une partie des otages et de laisser entrer des médecins.

Le 26, à 5h30 du matin, est apparue une information non-officielle à propos du lancement d’un assaut. Une division des forces spéciales du Service fédéral de sécurité (FSB), spécialisée dans la lutte anti-terroriste, aurait alors commencé à introduire dans la salle du théâtre depuis les sous-sols un gaz neuro-paralysant, avant de pénétrer dans le bâtiment et de neutraliser les terroristes. Selon les témoins, l’opération n’a pas duré plus de 5 minutes. Ont ensuite débuté l’évacuation et la prise en charge médicale des otages.

« Les verres de mon masque à gaz se sont embués, je l’ai enlevé de mon visage, et ai commencé à administrer l’antidote aux personnes endormies à travers leurs vêtements […] Nous avons sorti les hommes et les femmes dans le couloir. […] On a donné l’ordre de briser les vitres du couloir, pour créer un courant d’air », a déclaré ultérieurement au cours d’une interview pour le journal Komsomolskaïa Pravda le colonel de la division spéciale Alfa du FSB, Vassili Demidkine.

Dans le théâtre, les équipes de déminage ont ensuite désamorcé au total 50 engins explosifs, 16 grenades F-1 et 89 grenades artisanales. L’équivalent en TNT s’élevait alors à environ 110-120 kilogrammes. À 7h25 a officiellement été annoncée la fin de l’opération de libération des otages.

Selon les données officielles, 130 personnes ont trouvé la mort des mains des terrorises et suite à l'intoxication au gaz, et plus de 700 ont été blessées.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer