Cinq restaurants pétersbourgeois où déguster la cuisine russe aux saveurs de la Baltique

Ginzaprojectspb
Poissons locaux, alcools faits maison et recettes historiques datant de l’époque prérévolutionnaire, le Saint-Pétersbourg d’aujourd’hui a de quoi combler les plus grands gourmets. Russia Beyond vous emmène dans quelques-uns des plus grands établissements gastronomiques de la capitale du Nord.

1. Russian Vodka Room N°1

Le  Russian Vodka Room N°1, qui célébrera l’année prochaine son 10ème anniversaire, reproduit l’atmosphère d’un restaurant du XIXe siècle fréquenté par la noblesse. « Discret et distingué, le restaurant est un lieu tout droit sorti des histoires de Tchekhov », affirme Roque Hernandez, un réalisateur indépendant basé à San Francisco qui s’y est rendu en août.

« C’est le lieux parfait pour essayer diverses vodkas et liqueurs faites maison. Leur hors-d’œuvre est composé de quatre types de poisson fumé : notamment de l’omoul du lac Baïkal et du corégone, un poisson à chair blanche de l’Extrême-Orient russe. Un mémorable plat principal est la sandre du lac Ladoga frite et servie avec de la purée », a-t-il déclaré.

Les amateurs de bonne nourriture seront également comblés face à la variété de hors-d’œuvre et de salades (si vous êtes encore débutant dans la cuisine russe, commandez juste deux assortiments d’en-cas traditionnels et de vodka), tandis que les passionnés d’histoire pourront visiter le musée de la vodka, situé juste à côté.

Lire aussi : Tout ce que vous vouliez savoir sur la vodka russe

2. Le Dom

Le Dom se trouve judicieusement à proximité de nombreux hôtels 5 étoiles et à seulement 3 minutes de la cathédrale Saint-Isaac. Proposant une « nouvelle gastronomie russe », ce restaurant a élu domicile dans un bâtiment historique, l’ancien siège de la Compagnie russe d'Amérique, qui a joué un rôle décisif dans l’exploration de l’Alaska.

« Le décembriste Kondrati Ryleïev a vécu ici, alors qu’il était à la tête de la chancellerie de la Compagnie russe d'Amérique », explique la critique culinaire Natalia Kapitourova. « À présent, la cuisine se trouve à l’emplacement de sa chambre. Les propriétaires tentent de préserver et de mettre en évidence l’esprit aristocratique, continue-t-elle. Je recommande les pelmeni, les vareniki à la cerise et l’oukha (soupe au poisson), servie avec un verre de vodka. Il s’agit d’un endroit peu commun, où vous pouvez trouver la recette originale de la salade Olivier avec des queues d’écrevisse ».

Lire aussi : Un «hit» russe venu de France: le gâteau Napoléon

Cette année, le Dom a obtenu le prix du Choix des Voyageurs sur le site Tripadvisor, où les utilisateurs complimentent en permanence les desserts Anna Pavlova et Napoléon.

3. Le Koriouchka

Le  Koriouchka  est nommé d’après le mot russe désignant l’éperlan, qui est considéré par les locaux comme le poisson-roi de la mer Baltique. Lorsque sa saison débute, fin avril, et qu’il est même vendu dans les rues, tout le monde le reconnait à son odeur de concombre frais. En plus du poisson, le Koriouchka propose un large choix de plats géorgiens.

L’Allemand Sven Backhaus s’y est rendu avec sa petite amie russe car il savait que cet endroit disposait d’une sublime vue sur le fleuve de la Neva et le musée de l’Ermitage. « Ce restaurant est aussi connu pour servir de l’éperlan toute l’année, pas seulement au printemps. Nous avons commandé quelques mets : des khatchapouri, de la soupe khartcho, de l’éperlan, des aubergines et tous étaient délicieux ! », a-t-il raconté.

Lire aussi : Les meilleurs restaurants de Moscou selon Gault&Millau

Il est difficile de rater le Koriouchka si vous visitez la forteresse Pierre-et-Paul, située sur l’île où la ville a été fondée en 1703. Sven a également apprécié l’atmosphère à l’intérieur et la « gentillesse du personnel, y compris du conducteur de la petite voiture qui appartient au restaurant et qui nous a amené du pont en bois aux portes du restaurant ».

Il conseille par ailleurs d’essayer les autres établissements appartenant à la chaîne de restaurants : notamment le Tsar, le Moskva et le Katiouchka.

4. Le Ïat

Le  Ïat  doit son nom à une lettre de l’ancien alphabet cyrillique, aboli par les bolcheviks en 1918. Les fondateurs du restaurant se sont donc fixé l’objectif de sélectionner les meilleurs recettes de la cuisine prérévolutionnaire. « Ce lieu ne fait pas dans le kitch, si typique de nombreux restaurants dans le centre-ville et proposant de la nourriture russe », assure Anastasia Chtchevtchenkova, qui travaille comme guide touristique depuis 4 ans.

Lire aussi : Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas de restaurants étoilés au Michelin?

« Les plats traditionnels sont préparés avec des produits locaux de haute qualité, mais je recommande le menu à la carte, pas le menu touristique. Essayez au moins l’une des nombreuses alcoolatures artisanales ! Raifort ou gingembre-miel, elles sont toutes authentiques pour les étrangers, poursuit-elle. Étant végétarienne, j’ai toujours commandé des blini avec des champignons ».

L’établissement dispose également d’un salon de thé spécial, équipé de coussins moelleux, de jouets pour enfants et de véritables et adorables lapins.

5. Stolle

Stolle  est une vaste chaîne de cafés, réputée pour ses tourtes. Le premier a été inauguré il y a 15 ans sur l’île Vassilievski, qui est historiquement connue comme le domicile de la communauté allemande de Saint-Pétersbourg. C’est pourquoi son nom rappelle quelque peu celui du gâteau de Noël saxon Stollen. Aujourd’hui, le réseau compte 21 établissements dans la capitale du Nord, des dizaines à travers le pays et une représentation à Londres et New York.

Lire aussi : Le borchtch: un grand classique aux origines entourées de mystère

Lisa Mealoy, de Californie, recommande Stolle pour des déjeuners rapides : « Malgré l’intimidante mission de choisir parmi toutes les tourtes que vous voyez, consultez le menu pour les soupes et commencez par là. Le borchtch est incroyable et beau, mais tous les autres choix l’étaient tout autant. Nous y sommes allés en groupe, et on en a fait le tour. Lorsque les tourtes sont arrivées, elles étaient magnifiques et faites maison, chaudes et dorées, différentes de tout ce qu’on avait pu goûter jusque-là, et si délicieuses ! Celle à l’oignon vert a été ma préférée ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.