Russie-OTAN: seule avancée, la sécurité des vols au-dessus de la Baltique

Un Su-24 russe passe près du USS Donald Cook en mer Baltique.

Un Su-24 russe passe près du USS Donald Cook en mer Baltique.

AP
Sans déboucher sur une percée, la rencontre qui s’est déroulée entre l’OTAN et la Russie a jeté les bases d’un dialogue après de longs mois de froid entre les deux entités.

Le Conseil Russie-OTAN s’est réuni le 13 juillet à Varsovie. Cette rencontre, la deuxième depuis l’adhésion de la Crimée à la Russie, a permis d’amorcer un dialogue sur la sécurité des vols au-dessus de la mer Baltique et, pour l’instant, c’est le principal et unique résultat sur lequel a débouché la rencontre.

Le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, a noté que les exercices militaires des pays membres de l’OTAN devaient se dérouler d’une « manière prévisible et sûre ». Il a en outre souhaité obtenir des garanties réciproques de la Russie sur cette question. De manière générale, les responsables du bloc militaire occidental ont qualifié le dialogue bilatéral d’« ouvert, franc et avantageux ».

Cependant, les parties ne sont pas parvenues à se mettre d’accord sur le dossier ukrainien, ainsi que sur le déploiement du système antimissile américain en Pologne, en Roumanie et dans les trois pays baltes. Selon l’observateur militaire de l’agence TASS, Victor Litovkine, les parties n’ont fait qu’exposer leurs positions, car des progrès réels ne pourront être envisagés qu’après le changement d’administration à la Maison Blanche.

Résoudre les problèmes de sécurité au-dessus de la Baltique

Depuis le début de la crise ukrainienne, les représentants de l’Alliance atlantique et de la Russie s’accusent régulièrement de procéder à des manœuvres dangereuses et de violer systématiquement les règles régissant le partage de l’espace aérien au-dessus de la mer Baltique.

Afin d’apporter une solution à ce problème, le président finlandais Sauli Niinisto a proposé d’équiper les avions militaires de transpondeurs, des systèmes de localisation automatiques installés sur les aéronefs.

Le président Poutine a soutenu cette idée et a chargé le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, d’élaborer une série de mesures permettant de garantir la sécurité des vols au-dessus de la mer Baltique.

Lire aussi :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.