Palmyre: l’Arc de Triomphe et le temple de Baalshamin peuvent être restaurés

L'Arc de Triomphe dans la cité antique de Palmyre. Le 5 août 2010.

L'Arc de Triomphe dans la cité antique de Palmyre. Le 5 août 2010.

Reuters


Trois monuments majeurs de la cité antique de Palmyre (province de Homs, Syrie) ont été détruits. Et tandis que le célèbre Arc de Triomphe avec une colonnade et le temple de Baalshamin peuvent être restaurés, le sanctuaire de la divinité sémitique suprême Bēl serait sans doute perdu à jamais, a annoncé le 11 juillet Alexandre Sedov, directeur général du Musée d’Etat de l’Orient.

« Notre principale conclusion : les destructions ne sont pas aussi importantes que nous le pensions. La ville n’a pas souffert autant que nous le craignions, mais des monuments majeurs de cette ville ancienne, la « carte de visite » de Palmyre, sont détruits. Par ailleurs, il y a quelques moindres destructions dans d’autres endroits et la nécropole a énormément souffert », précise M. Sedov qui s’était récemment rendu en Syrie au sein de la délégation russe.

Selon M. Sedov, le temple de Baalshamin est entièrement détruite : suite à l’explosion, elle s’est écroulée comme un château de cartes, mais sa restauration est tout à fait possible, tout comme la reconstruction de l’Arc de Triomphe. « Cette dernière demandera beaucoup de temps et de moyens. Ce sont des fragments très bien conservés, on peut les assembler, numéroter et restaurer assez rapidement et à relativement peu de frais, à l’exception de le temple de Bēl, car c’est un travail de plusieurs décennies. Les tombes funéraires, extérieures et souterraines, sont entièrement détruites et ne peuvent être restaurées », a souligné l’expert.

M. Sedov a précisé que les travaux pourraient prendre environ 1,5–2 ans, mais se compliquent par l’absence d’infrastructure à Palmyre, la situation trouble dans la région et par le fait que Palmyre fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, la coordination des travaux avec toutes les parties intéressées pouvant ainsi prendre un temps considérable.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.