La Turquie redevient la première destination de vacances des touristes russes

Un cours d'qérobic aquatique dans un hôtel d'Antalya, en Turquie.

Un cours d'qérobic aquatique dans un hôtel d'Antalya, en Turquie.

Vladimir Vyatkin/RIA Novosti
La réconciliation intervenue entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan a entraîné une hausse colossale de la demande de réservations pour des vacances organisées en Turquie auprès des ressortissants russes.

Trois jours après que Moscou a levé l’interdiction de vendre des voyages organisés en Turquie, le pays a retrouvé sa place de leader en nombre de voyages vendus, totalisant 35% du volume des ventes réalisées par les agences de voyages russes, informe le quotidien économique Kommersant dans son édition du lundi 4 juillet.

Le 30 juin 2016, la Russie a levé toutes les restrictions concernant les voyages de touristes russes en Turquie. « Le nombre de voyages et l’intérêt qu’ils suscitent se sont envolés dès le soir même », a constaté le service analytique Yandex.Travel, service russe de réservations de voyages.

« Une semaine après la levée du moratoire, le nombre de demandes pour les billets à destination de la Turquie a crû de 40% par rapport à la semaine précédente », confirme le service de presse de l’agence de réservation de billets d’avion Aviasales.ru. Les analystes précisent que l’intérêt pour la Turquie connaît également une forte hausse auprès des voyageurs autonomes.

Ce regain d’intérêt pour la Turquie ne devrait pas affecter la demande pour les autres destinations populaires auprès de la clientèle russe, estiment les acteurs du marché. « En effet, trois millions de touristes qui auparavant se rendaient en Turquie n’ont pas pu trouver de destination alternative cette année. Seule une partie d’entre eux a opté pour des voyages en Russie ou à Chypre, en Grèce, en Espagne, etc. », précise Ekaterina Bejanova, directrice du développement stratégique chez OnlineTours. Elle explique qu’au moment de la levée du moratoire, il restait un segment assez important de touristes qui, en absence d’alternative, sont simplement restés en Russie et sont désormais prêts à revoir leurs projets pour l’été.

Avant l’interdiction de la vente de voyages organisés en Turquie, introduite par le gouvernement russe fin novembre 2015 après qu’Ankara ait abattu l’un de ses avions dans le ciel syrien, le pays était en tête des destinations estivales auprès des touristes russes. En mai 2016, les autorités turques ont constaté un véritable effondrement de ce type de clientèle, dont le nombre a été divisé par 10 en raison des restrictions imposées par la Russie.

Lire aussi

Pourquoi Erdogan a présenté ses excuses à Poutine

Que cachent les excuses d’Erdogan ?

Attentat d’Istanbul : quel lien avec la Russie ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.