Le prix du blé russe s’envole et dépasse celui du pétrole

Pixabay

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La semaine dernière, les prix moyens du blé alimentaire en Russie ont grimpé de 1 000 roubles, atteignant 13 360 roubles (154,80 euros) la tonne, indique le journal économique Kommersant, se référant à un rapport de Sovekon, site spécialisé dans les marchés agricoles mondiaux. Le niveau de cotation du blé russe a ainsi atteint son maximum historique. 

Plus encore, le prix du blé russe a par là même dépassé celui de l’or noir russe. Le 19 mars, une tonne de pétrole russe Urals pour le marché méditerranéen (CIF Augusta) coûtait en effet 12 850 roubles (148,90 euros). En même temps, dans la matinée du lundi 23 mars, le prix du pétrole sur la bourse a encore chuté de 8%, tombant en dessous de 26 dollars le baril, soit 200 dollars la tonne. 

D’après l’expert Andreï Sizov, directeur de Sovekon, cité par Kommersant, les principales raisons de la hausse des prix  de cette céréale sont la forte baisse du rouble et les prix élevés sur le marché mondial, qui a réagi aux rumeurs d'une éventuelle restriction des exportations de blé.

Malgré la chute des autres marchés, raconte Sizov, les prix du blé sur les bourses mondiales ont augmenté : à Chicago de 6,7% au prix de 198 dollars la tonne, à Paris de 6,9% à 204 dollars. Cependant une telle tendance se poursuivra à court terme, prévoit-il, mais ne durera pas longtemps : à un tel prix, le blé russe sera trop cher à l’export.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment la politique pétrolière de l'Arabie saoudite a contribué à l'effondrement de l’URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies