Le français TechnipFMC chargé par Novatek de bâtir l’usine Arctic LNG-2 dans le Grand Nord russe

Sergey Mamontov/Sputnik

La compagnie gazière Novatek et le français TechnipFMC ont signé un contrat pour la construction d’Arctic LNG-2, deuxième usine arctique de production de gaz naturel liquéfié (GNL) de la société russe, informe cette dernière sur son site. Tous deux avaient d’ores et déjà collaboré pour l’édification de la première usine de GNL du Grand Nord russe – Yamal LNG.

« L’équipe, qui a réalisé le projet unique de Yamal LNG dans des délais records et en se tenant au budget, a entamé la réalisation d’un projet encore plus innovant et d’encore plus grande envergure, a par conséquent déclaré Leonid Mikhelson, PDG de Novatek. Nous sommes certains, que l’expérience accumulée de travail conjoint dans la construction d’usines de GNL en Arctique permettra de réaliser notre nouveau projet Arctic LNG-2 de manière aussi réussie, dans les délais prévus ».

>>> Que retenir de la rencontre de Vladimir Poutine avec les dirigeants d’entreprises françaises?

En conformité avec cet accord, TechnipFMC sera donc en charge de l’élaboration du projet, de la livraison de l’équipement, des matériaux et des pièces, de la construction, ainsi que de la mise en exploitation de l’usine. Le lancement de la première tranche de travaux est planifié pour 2023.

Pour rappel, ce site devrait à terme atteindre une capacité de production de 19,8 millions de tonnes de GNL par an, par le biais de trois lignes de liquéfaction de 6,6 chacune. Le coût du chantier est quant à lui estimé à 20-21 milliards de dollars.

Il convient également de souligner que le français Total détient actuellement 10% des parts de ce projet, en plus des 20% du site de Yamal LNG, ainsi que ses 19,4% des parts au sein de Novatek.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment les navires transportent le GNL russe à travers l’océan Arctique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies