L’Arctique sera-t-il la destination touristique phare de demain en Russie?

Vera Kostamo/Sputnik

Afin d’accroître les flux touristiques dans les archipels septentrionaux de la terre François-Joseph et de la Nouvelle-Zemble, le parc national Arctique russe, plus grande réserve naturelle du pays, ambitionne d’y construire un réseau de stations scientifico-touristiques, rapporte l’agence d’information Interfax

« Il s’agira de bases, des complexes arctiques multifonctionnels, où pourront séjourner 50 personnes – des scientifiques, inspecteurs du parc national. Il est prévu qu’un complexe soit situé sur l’île Heiss de la terre François-Joseph, et un deuxième sur le cap Jelania de l’archipel de la Nouvelle-Zemble », a précisé Lev Levit, représentant du gouverneur de Pomorié (Nord de la Russie) en charge du développement de l’Arctique.

Lire aussi : Comment l’armée russe nettoie l’Arctique 

Pour commencer, les premières liaisons seront assurées depuis les ports de Dikson et de Sabetta, mais un aéroport pourrait à l’avenir être construit sur l’île de la Terre d’Alexandra.

Ce développement des infrastructures dans l’Arctique russe pourrait ainsi permettre d’augmenter le nombre de touristes à s’y rendre, et notamment ceux en provenance de Chine, qui constituent aujourd’hui un tiers des voyageurs dans la région, suivis par les Allemands, les Suisses et les Américains. Les chiffres demeurent toutefois plus que modestes puisque ce parc national n’attire chaque année qu’un peu plus d’un millier de visiteurs.

Dans cette vidéo, admirez l’envoutante beauté du parc national « Arctique russe ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies